Le travail volontaire (WWOOFing, HelpX...)

Il existe différentes formes de bénévolat ou de volontariat. Dans ce guide, nous n’allons vous présenter que les trois réseaux les plus connus : WWOOF, Help Exchange et Workaway. Pour plus d’infos sur les autres organismes existants, nous vous invitons à consulter notre dossier Le WWOOFing, le HelpX et le bénévolat en Australie.

Attention ! Il ne faut pas confondre le WWOOFing (qui est forcément dans le cadre d’un volontariat, non rémunéré et avec un nombre d’heures limitées par semaine) et le fruit picking “classique” qui, lui, est salarié.

Le WWOOFing

Derrière cet acronyme, se cachent les mots World Wild Opportunities on Organic Farms. WWOOF est en effet un réseau de fermes biologiques éparpillées aux quatre coins du monde et qui accueillent tout au long de l’année ce qu’on appelle des « WWOOFers ».

Ces WWOOFers travaillent entre 4 et 6 heures par jour dans une ferme, sans recevoir aucun dédommagement financier. En revanche, ils sont logés et nourris (parfois blanchis) ce qui leur permet de ne pas dépenser d’argent tout en pratiquant une langue, en découvrant une culture (en étant intégré dans une famille) et en acquérant de nouvelles compétences assez variées qui dépendent de la spécialité de la ferme mais également de ses besoins ((re) construction, travaux agricoles, production de fromage, de vin…).

Pour faire partie du réseau WWOOF et pouvoir contacter des hôtes, vous devez vous procurer le guide du WWOOF australien (il en existe un pour chaque pays dans lequel il est possible de faire du WWOOFing).

Ce guide, qui peut s’acheter sur Internet, par courrier/fax ou chez un revendeur, coûte 65 $ pour un an d’utilisation (est incluse dans ce tarif une petite assurance qui vous couvre pendant vos heures de travail).

Ce guide sera votre laisser-passer et vous le montrerez à vos hôtes à votre arrivée dans leur ferme. Votre nom et votre signature doivent être apposés sur votre guide, qui n’est pas transférable.

Aujourd’hui, vous pouvez également opter pour l’application “Australian WWOOF” qui vous donne également accès aux hôtes, pour 70 $ l’année.

Sur le site WWOOF.au, vous pouvez faire part de vos avis (positifs ou négatifs) sur vos différents hôtes et consulter les avis laissés par d’autres WWOOFers. Pensez à prendre quelques minutes pour le faire, surtout si votre expérience a été ratée, cela évitera à d’autres d’avoir une mauvaise expérience. Vous pourriez subir certains abus (heureusement rares !), comme un hôte qui garde votre passeport pendant la semaine passée chez lui.

Il arrive également que des fermiers exigent que vous travailliez plus d’heures que prévu par jour ou sans jour de repos. N’oubliez pas que vous êtes un volontaire non rémunéré, ne vous laissez pas faire !

Notez qu’aucun visa de travail n’est utile pour faire du WWOOFing (idem pour le HelpX) en Australie (ce n’est pas le cas dans tous les pays), vous pouvez donc envisager de faire du WWOOFing avec un proche venu vous rendre visite en tant que touriste.

Pour plus d’informations sur le réseau WWOOF, sur la façon d’acheter (et de payer) votre guide et sur les mises à jour fréquentes du guide, consultez notre dossier Le WWOOFing, le HelpX et le bénévolat en Australie ainsi que ce récit de deux PVTistes : On a testé le WWOOFing en Australie.

Le HelpX et Workaway

Le véritable nom du HelpX, c’est le Help Exchange. C’est à peu de choses près le même concept que le réseau WWOOF, à la différence que les hôtes ne sont pas forcément des fermes biologiques. Ça peut être une ferme non biologique, un Bed and Breakfast, un bateau, un ranch, un musée, etc.

Workaway est un réseau qui fonctionne de la même façon qu’HelpX. Les Helpers travaillent eux aussi de 3 à 5 heures par jour en échange du gîte et du couvert.

Il arrive qu’on vous propose plus d’avantages pour plus d’heures travaillées ou, au contraire, une petite quantité de travail mais sans repas inclus. Échangez un maximum d’informations avec votre hôte avant de le rejoindre pour établir des règles qui conviennent à tous.

Pour faire partie de ce réseau, vous devez vous inscrire sur le site du HelpX et choisir soit l’option gratuite (idéale pour découvrir le réseau, mais qui ne permet pas une utilisation optimale du site) soit l’option Premium qui coûte 20 € et qui permet de consulter la liste des hôtes partout dans le monde pendant deux ans.

Les Helpers laissent des commentaires sur leurs hôtes sur la page Feedback du site HelpX, consultez-les avant de vous rendre chez un hôte et pensez à laisser votre avis une fois votre mission terminée.

Pour en savoir plus sur le fonctionnement du HelpX, sur l’inscription au réseau et pour avoir les conseils d’un Helper en série, consultez notre dossier Faire du HelpX pendant son PVT / WHV. Vous pouvez également consulter cette discussion (sur notre forum Nouvelle-Zélande), qui vous permettra de lire des retours de PVTistes.

Enfin, vous pouvez être volontaire sans passer par des réseaux tels que ceux présentés ci-dessus. C’est le cas de ces deux PVTistes qui ont fait du volontariat dans une communauté aborigène et dans une réserve marine.

Les avantages du travail volontaire

  • C’est idéal pour s’immerger dans la culture australienne et pratiquer son anglais (surtout si l’on n’est pas trop sûr de ses capacités) en arrivant. Cela peut aussi sécuriser les plus inquiets : ils auront déjà une adresse où aller en posant le pied sur le territoire australien.
  • C’est l’occasion de partager sa culture, d’échanger, de faire des découvertes et de se découvrir.
  • Ça permet de vivre une expérience hors du commun, souvent loin des sentiers battus.

Évaluations des membres

5/5 (9)