Un road trip sans acheter de véhicule

Prendre la route sans acheter de van ou de voiture, c’est possible. Il y a plein de façons de road tripper sans s’embarrasser avec les formalités liées à l’achat d’un véhicule. Covoiturage avec d’autres PVTistes ayant une place supplémentaire dans leur véhicule, location, stop, transports en commun… Les solutions sont nombreuses !

Covoiturer, faire du stop ?

Gumtree, comme d’habitude, est LE site à mettre dans votre barre de favoris. Nombreux sont les backpackers motorisés à proposer une place ou deux dans leur véhicule. Joignez-vous à eux ! Vous pouvez également trouver des annonces dans les auberges de jeunesse, sur les groupes Facebook ou directement sur PVTistes.net, dans la section des Compagnons de voyage.

Assurez-vous cependant d’avoir les mêmes envies et les mêmes attentes. Passer un mois dans un van avec des personnes que l’on ne peut finalement pas supporter est un peu contre indiqué… Un PVTiste partage son expérience sur la question dans ce récit : Partir en road trip avec des inconnus.

Concernant le stop, les avis divergent : certains considèrent que c’est dangereux, d’autres ont parfois traversé le pays grâce à la force de leur pouce (c’est le cas d’Adrien, par exemple). Si vous choisissez ce mode de transport, des règles élémentaires de sécurité s’appliquent.
Vous pouvez les consulter dans ce dossier consacré au stop en Nouvelle-Zélande certes, mais les conseils sont les mêmes pour tous les pays du monde !

À noter cependant que contrairement à la Nouvelle-Zélande, il est possible de rester des heures en bord de route en Australie sans que personne ne s’arrête. Les distances à parcourir étant très longues, certains Australiens se risquent moins à prendre des autostoppeurs.

Le stop est illégal dans les États du Victoria et du Queensland. Il est également illégal sur toutes les motorways (voies rapides, périphériques) du pays.

La location et la relocation

La location

Louer une voiture en Australie, c’est comme partout : les grandes enseignes (Hertz, Avis, etc.) dominent le marché. Vous pouvez aussi passer par l’intermédiaire d’un comparateur ou d’un courtier en location : les prix y sont souvent un peu plus intéressants, avec des options supplémentaires. Pour vous donner un ordre d’idée, voici des tarifs approximatifs d’une location de 4 semaines :

  • Van simple : 1 600 $
  • Petit 4x4 avec tente de toit : 2 600 $
  • Van 4x4 : 4 000 $

En cas de location de véhicule, vérifiez si vous avez le droit d’emprunter les routes non-goudronnées ! Dans le cas contraire, l’assurance de votre location ne vous remboursera pas en cas d’incident sur ces routes.

La relocation

La relocation quant à elle, est un système qui peut être particulièrement intéressant si vous devez faire à tout prix un trajet précis ou à l’inverse, si vous voulez juste vous déplacer rapidement à moindre coût !

Les agences de location de voiture cherchent souvent à « rapatrier » des véhicules laissés dans une autre ville par des clients. Afin d’économiser le coût d’un conducteur et du carburant, elles proposent à la location (ou plutôt à la « relocation ») ces véhicules aux
particuliers. En bref, vous avez pour mission de rapporter ces véhicules (voitures, vans, 4x4, caravanes) dans leur ville d’origine.
L’avantage, c’est que la relocation est bien moins onéreuse qu’une location classique. Il faut compter entre 1 et 5 $ (parfois plus, selon le type de véhicule) par jour. Les frais d’essence sont à votre charge, même s’il arrive de temps en temps que les agences y participent.

L’inconvénient, c’est que vous ne pouvez pas prendre tout votre temps sur la route : les délais pour rapporter les véhicules sont souvent assez courts.

Pour trouver de bonnes affaires, il est conseillé de consulter les sites de relocation deux ou trois fois par jour, notamment le matin à la publication des offres (sur Internet ou par téléphone).

Les offres sont pourvues très rapidement, il ne faut pas traîner ! Trois sites sont à retenir : Transfercar, Imoova et Drive Now.
En résumé, la relocation est très pratique quand il s’agit de se rendre rapidement d’un point A à un point B ou de se déplacer à moindre coût. En revanche, pour ceux qui veulent prendre leur temps et faire des arrêts ou des détours, ce n’est pas une bonne option !

À noter que si le véhicule n’est pas loué par un autre client à la date prévue de votre arrivée, il est possible que l’agence de relocation accepte de vous donner un délai plus confortable (il faut le demander, on ne vous le proposera pas). Dans ce cas, les journées supplémentaires seront sans doute facturées au prix normal d’une location. Pour en savoir plus, consultez cette discussion de notre forum consacrée à la relocation.

Tout faire en voiture ?

Même si la grande majorité des backpackers partent sur la route et que les véhicules sont des moyens privilégiés pour découvrir l’Australie, on peut aussi emprunter des modes de transports alternatifs. Il n’y a pas que la voiture ou le van qui vaillent !

Voyager en van a aussi des inconvénients : les distances sont longues, il est parfois difficile de se garer dans les grandes villes, ça peut être très fatigant, et on ne peut pas non plus tout visiter et faire des détours infinis. N’oubliez pas qu’il est possible d’alterner entre les transports en commun et la location ou le partage de voiture.

Sur les rails

Rares sont les PVTistes qui choisissent le voyage en train en Australie. Il est vrai que ce moyen de transport est beaucoup plus cher que le bus, malgré les passes disponibles, mais il vous permet de découvrir l’Australie d’une façon unique. Voyager en train, c’est aussi l’occasion de rencontrer des gens, jeunes, vieux, qui tout comme vous, ont choisi les rails pour avoir un aperçu différent du pays.

En Australie, il n’y a pas vraiment de compagnie nationale de train, mais plusieurs compagnies régionales, parfois publiques, parfois privées. Rail Australia est une alliance de ces compagnies et recense les différents itinéraires du réseau ferroviaire australien. La ligne mythique du Ghan traverse le pays du nord au sud, de Darwin à Adelaide, en passant par Alice Springs. Quoi de mieux pour découvrir les couleurs de l’Outback ?

Des passes sont disponibles pour des trajets illimités durant une certaine période de temps. Vous devez tout de même réserver vos trajets à l’avance avant d’embarquer. Malheureusement, depuis peu, le Ausrail Pass n’existe plus ! Il n’est donc plus possible de cumuler des voyages toutes compagnies confondues. Il faut acheter des passes pour chacune d’entre elles, mais le prix n’est pas le même. Ce n’est plus aussi avantageux qu’avant.

Sauter dans le bus

La compagnie Greyhound est présente partout dans le monde, y compris en Australie. Greyhound offre une multitude de passes, au jour, au mois ou au kilomètre, par exemple.
Pour faire des déplacements dans une même région, il existe des compagnies régionales. Le plus simple est d’aller vous renseigner directement dans les offices de tourisme ou à la gare routière la plus proche !

Sur la côte est, la compagnie Premier Motor Service propose des tarifs souvent plus avantageux que ceux de Greyhound.

Quelques conseils avant d’embarquer :

  • Avant de prendre votre billet, vérifiez combien de bagages vous avez le droit de prendre avec vous (et le poids maximal autorisé).
  • Attention aux conditions d’embarquement (avez-vous une place réservée ? Faut-il venir à l’avance ?) et aux conditions de remboursement.
  • Les bus de nuit peuvent être une bonne option : ils vous permettent à la fois de passer le plus de temps possible dans les lieux qui vous intéressent, de ne pas trop vous ennuyer (passer ses journées dans le car, il y a plus distrayant !), mais aussi d’économiser une nuit d’auberge.
  • Il est interdit d’apporter des plats chauds dans les bus de nuit (oubliez le Big Mac attrapé à la dernière minute à la gare routière !). Mais ça évite aussi de profiter des odeurs de frites froides de votre voisin de derrière, à 2 h du matin. Vous pouvez être créatifs : salades, sandwiches, sushis…
  • Le bus s’arrête toutes les 3 ou 4 heures, c’est parfait pour se dégourdir les jambes. Attention à ne pas trop vous éloigner, cependant, il
    pourrait bien repartir de l’aire d’autoroute sans vous !
  • Pour les longs trajets, portez des vêtements confortables, et n’oubliez pas de prendre une veste chaude et une paire de chaussettes, voire une couverture ou un duvet (pour ne pas vous transformer en glaçon à cause de la clim’).
  • Il arrive à Greyhound de sous-traiter certains trajets. Il est donc possible que vous ne repériez pas facilement votre bus sur le parking, renseignez-vous et essayez de repérer le signe Greyhound sur le T-shirt du conducteur !!

Prendre l’avion

Prendre l’avion en Australie n’est certes pas le meilleur moyen pour découvrir le pays, mais cela peut être avantageux financièrement et en terme de temps ! Prendre l’avion peut aussi vous permettre de partir facilement à la conquête du pays, d’autant plus que certaines régions sont parfois difficilement accessibles par la route.

Certaines compagnies low cost, comme Jetstar et Virgin, peuvent offrir de très bons prix. Qantas, Scoot et Tiger Airways relient l’Asie et la Nouvelle-Zélande à certaines villes australiennes en proposant également des tarifs intéressants.

Évaluation de l'article
5/5 (9)