Les différentes façons de vivre son WHV

Le PVTiste nomade

L’Australie est LA destination des baroudeurs ! Le road trip est une institution, en Australie. Le pays est très largement parcouru par les PVTistes, qui en profitent pour voir le pays de long en large, que ce soit en van, en voiture, en bus ou, plus rarement, en train.

Le PVTiste nomade combine généralement des road trips et des expériences de WWOOFing ou de HelpX (volontariat) avec du fruit picking et autres petits boulots pour renflouer les caisses. Il devient un expert des auberges de jeunesse, ou, s’il est moins citadin, un connaisseur du plantage de tente dans les campings des parcs nationaux et de l’outback. Certains PVTistes nomades sont de grands solitaires (voyager seul, c’est l’occasion de rencontrer de nouvelles personnes ou tout simplement de se retrouver soi-même), d’autres partent en couple ou en troupe, ce qui peut être l’occasion de renforcer des liens.

Il est très courant de rencontrer des voyageurs (backpackers) sur la route. Si vous n’avez pas de véhicule, vous n’aurez pas de mal à trouver une place dans un van grâce aux petites annonces de covoiturage ou au bouche à oreille dans les auberges de jeunesse.

Le PVTiste sédentaire

Les PVTistes sédentaires sont un peu moins courants, Down Under*. Ils existent, cependant ! L’Australie est souvent perçue comme une terre d’aventure qu’il faut explorer, mais ce n’est pas pour autant que c’est un passage obligatoire. Les villes australiennes peuvent s’avérer très attractives et difficiles à quitter une fois que l’on a trouvé un job, une chambre et un groupe d’amis !

Le PVTiste sédentaire s’installe durablement dans une ville, soit pour chercher un emploi dans son domaine (ce qui n’est pas toujours facile en Australie), soit tout simplement parce qu’il veut s’imprégner durablement de la culture et du mode de vie Aussie**.

Améliorer son anglais, trouver un job dans son domaine, ouvrir son horizon professionnel vers d’autres boulots ou tout simplement profiter à fond du « V » du PVT en participant aux activités et à la nightlife urbaine sont toutes de bonnes raisons pour être un PVTiste sédentaire !

Le PVTiste sédentaire peut même envisager, si une occasion se présente, de se faire “sponsoriser”, autrement dit, de se faire embaucher pour plusieurs années par une entreprise australienne. Pour cela, il lui faut des compétences recherchées dans le pays et un curriculum vitae plutôt intéressant ! Nous reviendrons sur cette démarche dans la partie Mon WHV est fini, et maintenant ? de ce guide.

Le PVTiste polyvalent

Il se situe un peu entre les deux. Il peut s’installer quelques mois dans une ville et voyager le reste de l’année, ou alors voyager énormément, pendant de courts ou moyens séjours, mais en ayant toujours le même point d’attache.

Quoi qu’il en soit, vous allez devoir choisir un point de chute, quitte à l’abandonner rapidement pour voyager à travers le pays ou pour vous installer ailleurs. Et cette décision n’est pas forcément simple à prendre !

* « Down Under » : expression utilisée pour parler de l’Australie et de la Nouvelle-Zélande, qui se situent à
l’extrême sud du globe.
** « Aussie » (prononcé « ozi ») signifie « Australien ». C’est un surnom créé par les Australiens eux-mêmes,
au même titre que les Néo-Zélandais se surnomment « Kiwis ».

Nathan a remporté notre concours « Devenez reporter PVTiste 2014/2015 en Australie ». Une fois rentré en France, il a résumé son année australienne dans cette infographie plutôt sympa !

Guide des PVTistes en Ausrtalie - infographie Nathan

Pour retrouver cette infographie, les ressentis de Nathan une fois cette belle expérience terminée et quelques-unes de ses plus belles photos, consultez son article Le bilan d’un an deWorking Holiday Visa Australie.

Évaluation de l'article
5/5 (9)