MON WHV EST FINI. ET MAINTENANT ?

Rester en Australie ou y retourner

Une fois votre année australienne terminée, vous pouvez décider d’y rester ou encore de ne dire qu’un au revoir à ce pays qui vous a plu. Dans ce cas, voici les différents visas auxquels vous pouvez prétendre.

Le visa touristique

Généralement, les PVTistes ne peuvent pas obtenir de visa touristique après une année de PVT. Certains y sont tout de même parvenus (c’est rare) mais sans autorisation de travailler, par contre !

Le 2nd WHV

Si pendant la période de validité de votre 1er Working Holiday Visa (et non plus tard, avec un permis touristique), vous avez effectué au moins 88 jours de travail correspondant aux exigences de l’immigration (types et lieux de travail très précis), vous pouvez bénéficier une seconde fois du Programme Vacances-Travail en Australie.

Pour cela, vous devez impérativement répondre aux critères de participation au PVT que nous vous avons listés dans la partie Les principes du WHV de ce guide. Vous devez en particulier respecter la limite d’âge imposée et faire votre demande de second WHV avant d’avoir 31 ans.

Vous avez la possibilité de le demander dans la foulée du premier ou bien plusieurs mois ou années plus tard, il n’y aucune règle. Si vous décidez d’enchaîner les deux visas, vous pouvez faire votre demande d’Australie ou d’ailleurs (pendant un voyage de quelques semaines en Asie ou en Nouvelle-Zélande, par exemple). Mais dans ce cas, vous devez impérativement avoir obtenu votre visa avant de retourner en Australie, sinon, l’entrée dans le pays vous sera refusée.

Si vous décidez de retourner en Australie après un certain laps de temps, vous pouvez faire votre demande de visa depuis n’importe quel pays, sauf l’Australie.

Il n’est pas rare de lire des témoignages de PVTistes qui ne pensaient pas vouloir rester ou revenir ultérieurement en Australie mais qui finalement le regrettent. Ils n’ont gardé aucune pièce justificative de leur travail et ne peuvent pas prouver qu’ils ont effectivement travaillé aux bons endroits pendant une durée suffisante.

Nous vous invitons à lire notre article Anticiper sa demande de 2nd WHV en Australie pour connaître les précautions à prendre et éviter de vous retrouver un jour dans cette situation.
Si vous faites votre demande de visa depuis un pays autre que l’Australie, pensez à la faire suffisamment tôt pour ne pas être pris au dépourvu par des délais parfois assez longs.

Certains PVTistes se sont fait des frayeurs, comme ils l’expliquent dans cette discussion de notre forum : Patience pour le WHV/PVT Australie, délais très longs.
On constate en effet que les délais de traitement des demandes de 2nd WHV sont parfois beaucoup plus longs que pour une première demande. Certains PVTistes obtiennent une réponse en quelques heures ou quelques jours, mais nous avons eu plusieurs retours de candidats qui ont dû attendre plusieurs semaines. Ces candidats ont en commun d’avoir dû passer des examens médicaux (ils sont plus couramment exigés pour les demandes de 2nd WHV).

Bref, ne vous y prenez pas à la dernière minute, surtout si vous avez déjà votre billet d’avion, ça vous évitera d’angoisser à quelques jours de votre départ, voire de rater votre avion. Si vous faites votre demande de 2nd WHV depuis l’Australie (ce qui signifie, normalement, que vous enchaînez vos deux visas), vous avez moins d’inquiétude à vous faire puisque vous pouvez bénéficier de ce qu’on appelle un « bridging visa », un visa qui fait le pont entre deux visas.

Votre 1er WHV arrive bientôt à expiration, vous faites votre demande de 2nd WHV sur le tard et les délais de traitement sont longs, pas de problème !

Une fois votre 1er WHV expiré, le bridging visa entre en scène et vous permet de rester (et de travailler puisque vous gardez le même statut qu’avec votre visa précédent) en Australie le temps que votre demande de 2nd WHV soit traitée, quel que soit le temps que ça prenne.

Une fois votre demande traitée, c’est simple : vous pouvez rester une année de plus ou vous êtes invité à quitter le territoire australien.

Quand on dit « une année de plus », ce n’est pas tout à fait vrai. Lorsque vous enchaînez un premier et un second Working Holiday Visa, la date de fin de votre séjour australien se calcule ainsi : date d’arrivée en WHV + 24 mois. Le temps gagné grâce au bridging visa n’est pas vraiment du temps en plus.

Rappel : dans le cadre du Programme Vacances-Travail en Australie, vous ne pouvez pas travailler pour un même employeur pendant plus de 6 mois... par visa (sauf si vous travaillez dans le Nord du pays, dans certains domaines précis. Plus d’infos...).

Vous pouvez donc travailler 6 mois pour un employeur en fin de 1er WHV et continuer à travailler pour lui pendant 6 mois au début de votre 2nd WHV. Pendant que le bridging visa est actif, vous êtes tout à fait autorisé à travailler, comme on vous l’explique plus haut et cette période de travail n’est comptabilisé ni pour la première année, ni pour la seconde.

En cas de délai de traitement un peu long, ça peut être un ou deux mois supplémentaires de gagnés avec votre employeur !

Et si on a 31 ans pendant son 1er WHV ?

Si vous souhaitez rester le plus longtemps possible en Australie mais que vos 31 ans approchent à grands pas, vous pouvez tout à fait demander un 2nd WHV prématurément, après seulement 6 mois sur place par exemple. Cela vous permettra de bénéficier d’un an et demi sur place.

Pour cela, vous devez au même titre que les autres, effectuer au moins 88 jours de travail vous permettant d’être éligible au 2nd WHV.
Cette information peut vous permettre de planifier votre départ initial. Si vous partez en Australie trois mois avant d’avoir 31 ans, vous aurez beaucoup de mal à être éligible au 2nd WHV.

En revanche, si une autre destination PVT vous intéresse, vous pouvez tout à fait envisager de faire votre demande avant vos 31 ans et vous rendre dans cet autre pays une fois votre WHV Australie expiré. Attention : vérifiez bien, pour chaque pays, le temps imparti pour valider votre Visa Vacances-Travail. A titre d’exemple, le PVT Argentine ne se demande que depuis la France et il doit être validé dans les 3 mois suivant son obtention. Vous retrouvez plus d’informations dans la partie Et pour repartir de ce guide.

Les emplois et les régions éligibles au 2nd WHV

Les emplois

Le bureau d’immigration australien met à votre disposition une liste d’emplois qui vous rendent éligible au 2nd WHV. Pour retrouver cette liste, rendez-vous sur la page consacrée au visa 417 du site de l’immigration australienne (onglet « Visa applicants », chapitre « Specified Work »).

Dans cette liste, on retrouve le fruit picking (ramassage ou emballage de fruits et légumes, vendanges, élagage…), la pêche, la plantation, le travail dans les mines et la construction, notamment après une catastrophe naturelle. Renseignez-vous bien, certains postes sont exclus.

Deux autres listes permettent d’en savoir plus sur les métiers de la construction et les métiers de la mine qui sont éligibles.
Pour plus de détails, consultez notre tutoriel consacré à la demande de 2nd WHV Australie.

À partir du 1er décembre 2015, seuls les emplois rémunérés permettent d’être éligible à un second WHV. À noter que les PVTistes qui ont effectué du travail bénévole avant cette date, peuvent comptabilisés leurs jours de travail et faire leur demande de visa sans crainte. Plus d’informations...

Les régions

L’immigration australienne a établi une liste de codes postaux correspondants aux régions dans lesquelles vous pouvez travailler si vous souhaitez obtenir un 2nd WHV.

  • Australian Capital Territory : aucun code postal admis
  • Northern Territory : tous les codes postaux admis
  • South Australia : tous les codes postaux admis
  • Tasmanie : tous les codes postaux admis
  • New South Wales : 2311 et 2312 ; 2328 à 2411 ; 2420 à 2490 ; 2536 à 2551 ; 2575 à 2594 ; 2618 à 2739 ; 2787 à 2898
  • Victoria : 3139 ; 3211 à 3334 ; 3340 à 3424 ; 3430 à 3649 ; 3658 à 3749 ; 3753, 3756, 3758, 3762 et 3764 ; 3778 à 3781 ; 3783, 3797 et 3799 ; 3810 à 3909 ; 3921 à 3925 ; 3945 à 3974 ; 3979 ; 3981 à 3996
  • Queensland : 4124 à 4125 ; 4133 et 4211 ; 4270 à 4272 ; 4275, 4280, 4285 et 4287 ; 4307 à 4499 ; 4510 et 4512 ; 4515 à 4519 ; 4522 à 4899
  • Western Australia : 6041 à 6044 ; 6083 à 6084 ; 6121 à 6126 ; 6200 à 6799

Le calcul du temps de travail

Peu importe que vous fassiez les 88 jours de travail en une fois ou à l’occasion de différents boulots, en revanche, la durée de vos journées ou de vos semaines va être importante.

Une journée de 12 heures ne compte pas plus qu’une journée « normale » de 7 ou 8 heures et une petite journée de 4 ou 5 heures ne peut pas être comptabilisée comme une journée. Vous devez respecter la durée hebdomadaire (de 35 à 40 heures selon les domaines) de travail en Australie, en travaillant à temps plein (par exemple, 7 heures/jour pendant 5 jours). Si vous travaillez à temps plein, 5 jours par semaine, vous devez comptabiliser 7 jours par semaine car les deux jours restants sont des jours de repos. Si vous travaillez par ci par là, vous ne devez comptabiliser que les jours effectivement travaillés. Ceux qui travaillent à temps partiel semblent lésés puisqu’une journée incomplète ne peut pas être comptabilisée.

Pour plus d’informations (en cas d’arrêt maladie, de chômage technique, exemples concrets de travail etc.), consultez la partie de notre tutoriel 2nd WHV Australie consacrée au calcul du temps de travail.

La demande de visa

La demande d’un second Working Holiday Visa ressemble en beaucoup de points à la demande de 1er WHV. Toutefois, des examens médicaux sont plus fréquemment demandés et, de ce fait, le traitement des demandes peut être parfois bien plus long, comme l’expliquent ces PVTistes surpris par les délais de réponse.

La demande se fait en ligne, à deux exceptions près, qui nécessitent que vous remplissiez une demande papier (formulaire 1150) :

  • Si vous avez un enfant à charge (il ne pourra dans tous les cas pas vous accompagner en Australie, mais si vous souhaitez partir sans lui, c’est possible).
  • Si vous avez bien effectué 3 mois au minimum de travaux éligibles au 2nd WHV mais pour des patrons ne possédant pas d’ABN. L’ABN, c’est l’Australian Business Number, que toute entreprise australienne se doit d’avoir. C’est le cas de beaucoup de PVTistes qui ont fait du WWOOFing ou du HelpX car tous les hôtes ne sont pas obligés d’avoir un ABN. Plus d’infos...

Rappel : les journées de travail bénévole ne sont désormais plus comptabilisées dans le calcul des 88 jours, sauf si ce travail a été effectué avant le 1er décembre 2015.

Seule étape supplémentaire par rapport à la demande de 1er WHV, c’est la liste des employeurs pour lesquels vous avez travaillé (nom de l’employeur, ABN et périodes de travail). Vous pouvez avoir travaillé pour un ou plusieurs patrons. Ce qui compte c’est que la somme des périodes travaillées atteignent les 88 jours et que les emplois effectués fassent bien partie de la liste établie par le gouvernement australien.

Quelles sont les preuves admissibles ?

  • Le formulaire 1263 « Working Holiday Visa : Employment Verification » que vous aurez fait remplir par vos anciens employeurs.
  • Des feuilles de paie (payslips).
  • Votre déclaration d’impôts (tax return).
  • Des lettres de références de vos anciens employeurs.
  • Un extrait de compte original de votre banque australienne laissant apparaître des dépôts de chèque ou des virements d’argent.

Notez que vos anciens employeurs pourraient être contactés par l’immigration australienne pour vérifier que vous avez effectivement travaillé pour eux, pendant la période que vous avez indiquée dans le formulaire 1263.

Recommandations pour faciliter votre demande de 2nd WHV

  • Demandez des extraits de compte à votre banque les mois où vous bossez pas mal (au format numérique, c’est l’idéal, sinon essayez de les scanner ou de les prendre en photo).
  • Faites remplir le formulaire 1263 par tous vos employeurs correspondant aux critères (régions et tâches).
  • Conservez toutes vos payslips (si vous le pouvez, scannez-les ou, à défaut, essayez d’en faire des photos de bonne qualité).
  • Faites-vous payer en chèque ou par virement.

Conseils

Pour faire votre demande de 2nd WHV, vous allez d’une part répondre « oui » à la question « Avez-vous la possibilité de fournir des preuves de votre travail ? » et d’autre part fournir l’ABN des entreprises pour lesquelles vous avez travaillé en précisant les périodes de travail exactes.

Conserver des preuves écrites de vos emplois vous permettra d’éviter toute erreur et, en cas de vérification, de prouver à l’immigration australienne que vos déclarations sont correctes.

Pendant le traitement de votre demande ou à votre passage à l’immigration, un agent peut en effet exiger de voir les preuves que vous avez collectées. Ces vérifications ne sont pas systématiques mais elles peuvent arriver. Les agents d’immigration australiens savent que des PVTistes tentent le coup de demander un 2nd WHV sans avoir réellement effectué les jours de travail nécessaires.

Le risque ? Être invité à quitter l’Australie si vous vous y trouvez déjà ou un retour immédiat en France, en Belgique ou au Canada si vous arrivez tout juste.

Les risques liés à la fraude

Si d’une façon ou d’une autre, il est reconnu que vous avez menti ou que vous avez travaillé de façon non déclarée, vous risquez d’être interdit de territoire australien pendant une durée de 3 ans. De plus, lorsque vous demanderez des visas pour d’autres pays, on vous demandera souvent si vous avez déjà eu un refus de visa. La réponse sera désormais « oui » et dans l’encadré prévu à cet effet, vous devrez expliquer que vous avez fait une fausse déclaration dans une précédente demande de visa. Ça risque de vous fermer quelques portes ! Pesez bien le pour et le contre avant de soumettre votre demande de visa.

Pour plus d’informations, consultez la discussion Second WHV et faux ABN de notre forum.

Cas particuliers : le WWOOFing et le HelpX

Le travail en tant que WWOOFeur ou en tant que Helpeur était auparavant comptabilisé si le travail effectué et la région dans laquelle vous aviez travaillé correspondaient aux critères d’éligibilité.

Vous avez fait du volontariat avant le 1er décembre 2015 ?

Vos journées de travail seront bien comptabilisées ! Ceux qui parmi vous ont fait du WWOOFing (régions et tâches correspondant aux critères d’éligibilité) dans des fermes qui n’ont pas d’ABN, doivent obligatoirement faire une demande papier et l’envoyer au département d’immigration et de citoyenneté situé à Cairns. Si vous avez fait du HelpX chez un hôte qui n’a pas d’ABN, il ne semble pas possible de comptabiliser vos journées de travail.

Quelles preuves peut-on fournir ?

Par définition, il n’y a pas de paiement dans le cadre du bénévolat, il est donc plus difficile pour les autorités australiennes de faire leurs vérifications mais également pour vous de prouver votre bonne foi, surtout si vous avez fait du WWOOFing dans une ferme qui n’a pas d’ABN (c’est assez fréquent).

Voici les preuves recevables : le formulaire 1263, une lettre de votre hôte expliquant ce que vous avez fait et pendant combien de temps (nombre de jours précis), des photos de la ferme et de vous en train de travailler ou avec vos hôtes.

Si vous avez signé le livre d’or de la ferme (en précisant vos dates d’arrivée et de départ), une photo du livre d'or peut être fournie. Votre blog (si vous en aviez un) et votre page Facebook, compte Twitter, compte Instagram pourront aussi apporter des preuves additionnelles si vous avez posté des statuts et des photos relatifs à votre travail. Enfin, si vous avez gardé des reçus (billet du bus ou du train qui vous a mené chez votre hôte), magasins de la ville, distributeurs de billets, stations essence, etc. ces preuves sont également recevables !

Il faut pouvoir prouver que vous êtes effectivement venu dans cette ferme et que vous y avez travaillé.

Faire des études en Australie

Pour demander un visa étudiant pour l’Australie, vous devez tout d’abord être accepté à temps plein dans une école ou une université qui vous fournira une confirmation of enrolment (CoE) et avoir payé vos frais de scolarité. Vous devez avoir un passeport valide, souscrire à une assurance santé pour la durée de votre séjour en Australie et avoir des économies suffisantes pour subvenir à vos besoins.

Il existe 4 types de visas étudiants :

Renseignez-vous bien sur les frais de scolarité de votre établissement, ils peuvent atteindre plusieurs dizaines de milliers de dollars par an.

Faire un stage en Australie

En Australie, il existe un Training Visa (subclass 407), qu’il est pertinent de demander si vous ne souhaitez vous rendre en Australie que pour effectuer un stage. Vous pouvez aussi demander un Working Holiday Visa pour effectuer votre stage et ensuite, voyager et/ou travailler pendant le reste de l’année.
Le Training Visa est plus difficile à obtenir que le WHV, mais il a le mérite de ne pas utiliser votre "cartouche" WHV pour ce stage, ce qui vous permettra, à l'avenir, de revenir facilement en Australie !

Obtenir un visa de travail temporaire (sponsorship)

Le visa qui était auparavant le plus fréquemment demandé par ceux qui souhaitaient rester en Australie une fois leur visa vacances-travail expiré était le Temporary Work (Skilled) visa (subclass 457). Ce visa permettait à un employeur australien de vous embaucher pour une période de 4 ans (renouvelable) s’il était en mesure de prouver qu’il avait des difficultés à pourvoir votre poste localement (en recrutant un Australien ou un résident permanent australien) et si vous répondiez aux critères d’éligibilité de ce visa.

En avril 2017, le gouvernement australien a annoncé la suppression du visa 457 car ce dernier concernait un trop grand nombre de professions et avait perdu sa fonction première : permettre aux employeurs australiens en pénurie de main-d’œuvre d’embaucher relativement facilement un travailleur étranger.

Un autre type de visa va être proposé en remplacement, le Temporary Skill Shortage (TSS) visa. Le nombre de métiers permettant d’être éligible à ce visa sera plus réduit.

Pour plus d’informations, consultez notre article Le visa 457 (sponsorship) disparaît.

Évaluations des membres

5/5 (9)