Le guide des pvtistes au Canada

Chapitre 7 : Le Canada, province par province

Date de publication : 04-01-2017

Auteur

Julie

06. Le Canada, province par province

Le Canada est un vaste pays, découpé en provinces et territoires ayant des attraits qui leur sont propres. Partons à leur découverte.

Le Canada, c’est…

  • Un pays grand comme 15 fois la France.
  • 36 millions d’habitants.
  • 10 provinces et 3 territoires.
  • 3,60 habitants au km2 (contre 372 habitants au km2 pour la Belgique !).
  • Un très grand territoire, le Nunavut, et une toute petite province, l’Île-du-Prince-Édouard.
  • Deux langues officielles le français et l’anglais ainsi que plusieurs autres langues autochtones.
  • 60 % de la surface du pays est recouverte de forêts
  • « A mari usqque ad mare »(« Dun océan à l’autre ») comme devise nationale
  • Une Reine : Elisabeth II et un premier ministre : Justin Trudeau
  • Des noms de ville amusants : Saint-Louis-du-Ha!-Ha! (Québec). Happy Adventure (Terre neuve-et-Labrador) ou Crapaud (Île-du-Prince-Edouard).
  • Un pays qui compte plus de lacs que la totalité du reste du monde !
  • La transcanadienne, une route longue de 7 821 kilomètres.
  • 3/4 de la production mondiale de sirop d’érable provient du Québec.
  • La température la plus froide jamais enregistrée au Canada : -62,8°C (Snag au Yukon, en 1967).
  • L’Anse aux meadows (Terre-Neuve-et-Labrador), un lieu habité par des Vikings il y a plus de mille ans : c’est la plus ancienne présence européenne en Amérique !

ALBERTA

 L’Alberta est surnommée « le Texas du Canada » !

La culture « cow-boy » y est encore énormément présente puisque la plupart des élevages canadiens se trouvent en Alberta. Souvent décrite comme une province peu progressiste, elle se diversifie pourtant et devient plus dynamique culturellement. Le célèbre Stampede (un rodéo annuel ayant lieu à Calgary) est un événement renommé dans tout le pays.

L’Alberta est également l’une des provinces canadiennes les plus dynamiques économiquement, même si elle connaît une grosse récession. Les secteurs du tourisme (stations de ski dans les Rocheuses), de la construction et de l’énergie (l’Alberta est tristement connue pour l’exploitation des sables bitumeux, désastre écologique qui n’a pas bonne presse) sont de grands pourvoyeurs d’emplois.

Faire son PVT en Alberta, c’est choisir une province « nature », calme, et un peu plus éloignée des destinations habituelles !

Les villes de l’Alberta

CALGARY

  • 1,2 millions d’habitants
  • – 9 °C en moyenne l’hiver
  • 18 °C en moyenne l’été

Située entre les Prairie et les montagnes Rocheuses, Calgary est la plus grande ville albertaine, et également la plus dynamique. Calgary est cependant ne ville cyclique, où les« booms » peuvent succéder à la déprise économique.

Emploi : de nombreux restaurants, hôtels et commerces offrent des opportunités. Le secteur de l’énergie est particulièrement dynamique.

Avantages : une ville très arborée, proche de la nature, où il fait bon vivre, surtout si vous aimez la tranquillité. Calgary devient de plus en plus renommée pour sa scène gastronomique ! Les habitants sont chaleureux et la ville est parfaite pour les familles.

Logement : comptez environ 1 200 $ pour une chambre en colocation.

Inconvénients : une voiture est souvent nécessaire pour se déplacer à Calgary, à moins de trouver un logement très proche du centre ou près d’une des lignes de bus. Certains disent que Calgary est un peu morte culturellement. Le coût de la vie plus élevé qu’à Montréal mais toujours plus accessible qu’à Vancouver et Toronto.

À lire : Calgary et l’Alberta, pas assez bien pour les pvtistes ?N’allez pas visiter Calgary, allez y vivre !Pourquoi j’ai aimé Calgary en 6 jours après avoir mis 6 mois à aimer MontréalLa vie à Calgary, conseils pratiques et astuces.

EDMONTON

  • 820 000 habitants
  • -12 °C en moyenne l’hiver
  • 18 °C en moyenne l’été

Au nord de Calgary et juste au milieu de la province, Edmonton est une ville qui se mérite ! Il n’est pas très courant d’y passer, encore moins d’y rester. Pourtant, elle vaut le détour

Emploi : axé sur la construction et l’industrie pétrochimique. Les centres commerciaux sont également nombreux donc il y a de l’emploi dans le commerce de détail (magasins, fast-foods, café et restaurants…).

Avantages : les transport en commun sont plutôt efficaces si vous ne vivez pas en banlieue, la voiture n’est pas forcément nécessaire.

Logement : le prix des loyers est élevé. Comptez environ 1 200 $ par mois pour un appartement avec une chambre. Comptez entre 600 et 700 $ pour une chambre en colocation.

Inconvénients : la météo est extrême, les hivers sont glaciaux. Edmonton est un peu excentré pour découvrir la région, mais rien d’insurmontable.

Travailler dans le pétrole : Beaucoup de pvtistes ont en tête la province de l’Alberta pour espérer travailler sur les plateformes pétrolières, notamment à Fort Mc Murray.

Notez que les élus sont peu nombreux, et que c’est aussi un certain investissement. Une discussion est à consulter sur le forum : Jobs dans le pétrole.

À lire : Tout savoir sur le PVT à EdmontonLa vie à Edmonton en hiver

BANFF, JASPER ET CANMORE

  • – 8 °C en moyenne l’hiver
  • 15 °C en moyenne l’été

Ces trois villes ont pour point commun le fait d’être des stations de ski, très touristiques aussi bien en été qu’en hiver, du fait de la proximité des parcs nationaux. Jasper compte 4 000 habitants alors que Banff en compte le double, tandis que Canmore en compte près de 13 000.

Emploi : jobs saisonniers de station (animateurs, moniteurs de ski, mécaniciens) et dans l’accueil, l’hôtellerie et la vente (réceptionnistes, agents d’entretien, plonge, vendeurs, etc). Région dynamique pour trouver un boulot !

Avantages : un cadre fantastique, entre lacs, forêts et montagnes. Les amateurs de sports de plein ai trouveront toujours de quoi faire.

Loisirs et sorties : de nombreux bars et restos, souvent très touristiques (donc pas donnés).

À ne pas manquer : les grandes stars canadiennes, le Lake Louise et le Lake Moraine, ainsi que les parcs nationaux de Banff et de Jasper.

Logement : comptez environ 1 100 $ par mois pour un petit appartement, et environ 700 $ pour une chambre en colocation.

Inconvénients : vivre en station n’est pas donné, les courses et le loyer sont chers. Cela vaut particulièrement le coup si vous êtes logé par votre employeur. Beaucoup de pvtistes du monde entier ajoutent une concurrence supplémentaire à l ’emploi.

À lire : Le forum sur l’Alberta, Christelle à Canmore

COLOMBIE-BRITANNIQUE

La Colombie-Britannique offre des paysages époustouflants, entre montagnes Rocheuses et fjords de l’océan Pacifique.

C’est une province canadienne tournée vers la nature, mais pas seulement : Vancouver est l’une des villes canadiennes les plus dynamiques économiquement, et des plus attractives.

La Colombie-Britannique ne se limite pas à Vancouver et propose bien d’autres expériences, dans d’autres villes plus modestes (voire des stations de ski) et peut même vous offrir un PVT rural, tourné vers la nature, l’agriculture et la viticulture.

Le sud de la province se distingue également du reste du Canada car il n’y gèle pas en hiver, pratique pour les pvtistes les plus frileux !

Les villes de la Colombie-Britannique

VANCOUVER

  • 2,3 millions d’habitants dans la zone urbaine
  • 5 °C en moyenne l’hiver
  • 21 °C en moyenne l’été

Vancouver est l’une des plus grandes métropoles canadiennes et est souvent décrite comme une ville où il fait extrêmement bon vivre. Sa situation, entre océan et montagnes verdoyantes, n’y est pas étrangère. Vancouver est résolument une ville à l’ambiance « côte ouest », où amour des loisirs de plein air et découverte de la nature prédominent.

Emploi : jobs dans le tertiaire (import-export, activités portuaires), informatique, jeux-vidéo et animation, hôtellerie et restauration.

Loisirs et sorties : le Stanley Park est le repaire des amoureux de la nature. Cet immense parc est situé en plein coeur de la ville et offre une vue sur la mer et les montagnes depuis son célèbre seawall. Les micro-brasseries et autres bars branchés sont nombreux du côté de Commercial Drive. Gastown est un petit quartier à l’ambiance sympathique, alors que Yaletown est un peu plus chic.

À ne pas manquer : les attractions touristiques les plus connues sont l’aquarium, Grouse Mountain, Canada Place et Stanley Park ! Vancouver a encore plus à offrir : le Science World, Chinatown, Queen Elisabeth Park, Cypress et Seymour pour les montagnes, Kitsilano pour la plage, Lynn canyon à North Van, les matchs des Canucks…

Logement : en colocation, comptez au moins 1 000 $ pour une chambre proche du centre-ville. En périphérie, à partir de 650 $ (un peu moins si c ‘est un sous-sol).

Avantages : pas besoin de véhicule pour bien profiter de la ville, le réseau de transports en commun est correct. On est très rapidement dans la nature, les activités à proximité sont nombreuses.

Inconvénients : Vancouver est la ville canadienne la plus chère, le prix des loyers y est prohibitif. Posséder une voiture à Vancouver est hors de prix également.

Pour la recherche d’emploi, il y a beaucoup de concurrence avec les pvtistes anglophones, allemands et asiatiques. Il faut être dans un esprit « nature » plutôt que « culture » pour ne pas s’y ennuyer. Et il faut aimer la pluie !

À lire : Tout savoir sur le PVT à Vancouver.

VANCOUVER ISLAND : VICTORIA ET NANAIMO

  • 80 000 habitants environ dans chacune des villes
  • 1 °C en moyenne l’hiver
  • 11 °C en moyenne l’été

Vancouver Island est une île enchanteresse, bordée par l’océan Pacifique. Les forêts pluviales occupent une grande partie de l’île, offrant un refuge à une grande quantité d’animaux. Au large de l’île, on peut apercevoir de nombreux mammifères marins, comme des orques. L’île de Vancouver est avant tout destinée aux pvtistes aimant la nature ! Victoria est la ville principale de l’île, et la capitale provinciale. Riche en Histoire, Victoria est charmante, et il y fait résolument bon vivre.

Nanaimo, quant à elle, n’est pas qu’une ville étape où le ferry vous amène depuis Vancouver pour rejoindre Vancouver Island. C’est une petite ville sympathique et plutôt vivante. Vous y trouverez des auberges de jeunesse, des bars, des restos et quelques magasins. Le centre-ville n’a pas d’intérêt particulier, il faut bien le reconnaître. Nanaimo est une ville de bord donc en toute logique, on y trouve un port et des plages. On y pêche en mer ou à pied.

Emploi : principalement dans le tourisme, l’hôtellerie et la restauration

Logement : comptez environ 500 à 650 $  par mois pour une chambre en colocation et 1 000 $ pour un petit appartement au centre.

Avantages : une vraie expérience « nature » hors des sentiers battus. Rien que sur l’Île de Vancouver, il y a de quoi faire et découvrir !

Loisirs et sorties : ils sont tournés vers l’extérieur, en direction des forêts ou de l’océan ! Kayak de mer et randonnées vous tendent les bras.

A ne pas manquer : à Victoria, le Butchart Garden, le Royal BC Muséum, Fishetman’s Whart, et pour les sportifs, la Juan de Fuca Marine Trail ! Depuis Nanaimo, Newcastle Island et Protection Island sont accessibles en bateau (attention aux horaires, surtout pour le retour, sinon vous pourriez rester coincé sur l’Île !) et se visitent à pied, sur une journée ou plus puisqu’il est possible d’y camper !

Inconvénients : du fait de l’insularité, il faut toujours un peu plus d’anticipation pour retourner sur le continent même si les liaisons (maritimes et aériennes) sont nombreuses, en direction de Vancouver comme des États-Unis.

À lire : Vancouver IslandTout savoir sur le PVT à VictoriaQuelqu’un est allé à Tofino ?

KAMLOOPS

  • 90 000 d’habitants
  • – 3 °C en moyenne l’hiver
  • 22 °C en moyenne l’été

Kamloops est située dans l’unique désert canadien ! Effectivement, le climat semi-aride de la région offre un cadre parfait pour l’agriculture et en particulier l’activité viticole.

Emploi : service de restauration.

Logement : comptez environ 1 200 $ par mois pour un petit appartement central et 500 à 700 $ pour une chambre en colocation.

Loisirs et sorties : quelques galeries d’art et musées à visiter.

A ne pas manquer : le lac, la station de Sun Peaks, le Kamloops Wildlife Park.

Avantages : Kamloops est une ville calme, « mignonne», où il fait bon vivre. Peu de concurrence pour le travail. La ville est située entre les parcs nationaux albertains et la côte Pacifique.

Faire les vendanges (ou du fruit picking) en Colombie-Britannique : la vallée de l’Okanagan est très prisée des jeunes Canadiens et pvtistes internationaux pour son climat chaud, qualité de désertique. Assez unique au Canada ! C’est aussi l’un des bassins viticoles (et arboricoles) les plus importants du Canada. Beaucoup de pvtistes y trouvent une expérience de volontariat ou de vendangeur rémunéré. La ville de Kelowna est un bon point de départ pour chercher un emploi dans le domaine.

Inconvénients : on peut vite se sentir excentré par rapport aux autres villes.

WHISTLER

  • 9 000 habitants
  • – 2 °C en moyenne l’hiver
  • 16 °C en moyenne l’été

Whistler est l’une des plus grandes stations de ski nord-américaines. Elle est idéale pour les amateurs de glisse et de plein air ! Whistler est dynamique et offre de nombreuses opportunités d’emploi aux pvtistes.

 

Emploi : métiers liés à la glisse (moniteurs, personnels de remontées mécaniques, techniciens), à l’hôtellerie/restauration (il y a notamment de nombreux établissements de luxe) et au tourisme de manière générale en été comme en hiver.

Logement : entre 400 et 650 $ par mois pour une petite chambre partagée et entre 700 et 900 $ par mois pour une chambre privée.

Loisirs et sorties : les loisirs sont tournés vers l’extérieur, ski l’hiver, VTT l’été, sans oublier la randonnée !

À ne pas manquer : le cadre naturel somptueux. Impossible de le manquer !

Avantages : il est facile de trouver une emploi à Whistler, tant la demande est importante. La ville n’est pas difficile d’accès depuis Vancouver. Ambiance jeune et festive, typique  des stations de ski.

Inconvénients : le coût de la vie est très élevé et il n’y a pas beaucoup d’autres activités que le plein air.

À lire : Le PVT à Whistler, Le rêve de Whistler

ONTARIO

L’Ontario est une province extrêmement attractive pour les pvtistes et l’une des provinces les plus dynamiques économiquement. Elle accueille chaque année de nombreux immigrants temporaires ou permanents.

La grande majorité de la population ontarienne se concentre sur un arc le long des rives des lacs Ontario et Érié.

Toronto est la plus grande ville canadienne, alors qu’Ottawa, de taille plus modeste, est la capitale fédérale du pays. Ces deux villes, toutes deux très différentes, peuvent offrir une expérience tout aussi intéressante aux pvtistes. N’oubliez pas non plus les autres villes de l’Ontario, comme Hamilton ou Kingston !

Les villes de l’Ontario

TORONTO

  • 2,6 millions d’habitants
  • – 4 °C en moyenne l’hiver
  • 26 °C en moyenne l’été

Toronto est une ville extrêmement dynamique et multiculturelle. On a l’impression que l’on peut croiser le monde entier dans les rues de la ville ! On y entend toutes les langues du monde, on peut y manger toutes les cuisines du monde… C’est en quelque sorte la « New-York du Canada ».

Emploi : métiers liés à l’hôtellerie et à la restauration, au service clientèle, au domaine de l’informatique, à la vente (import-export et vente au détail).

Logement : une chambre en colocation sera au minimum à 800 $ par mois dans un quartier central et à 500 $ en périphérie. Un appartement avec une chambre coûtera environ 1 700 $ dans un quartier central.

Loisirs et sorties : Toronto est une ville très dynamique culturellement. Les concerts et les festivals y sont nombreux, tout comme les bars et les restaurants.

À ne pas manquer : la CN Tower, les balades le long du lac, le Kensington Market, les Toronto Islands, et de manière générale, les quartiers très diversifiés de la ville.

Avantages : Toronto ne s’arrête jamais, même en plein hiver ! C’est une ville faîte pour les pvtistes qui aiment les sorties et l’effervescence d’une grande métropole. Cependant, de nombreux quartiers sont plus calmes. Il y a des plages facilement accessibles depuis le centre-ville, c’est un sacré avantage !

Inconvénients : le coût de la vie y est extrêmement élevé, en particulier pour le logement et la nourriture. Il n’est d’ailleurs pas si facile d’y trouver un logement. Il est devenu difficile de trouver un emploi (même un petit job) si l’on ne parle pas bien anglais.

À lire : Tout savoir sur le PVT à TorontoQue faire et visiter à Toronto ?Retour d’expérience des pvtistes 2015.

OTTAWA

  • 900 000 d’habitants
  • – 10 °C en moyenne l’hiver
  • 21 °C en moyenne l’été

Ottawa est la capitale fédérale canadienne et représente un bassin de population assez important, avec les villes de Hull et de Gatineau (au Québec). Ottawa est une ville majoritairement anglophone, mais du fait de sa proximité avec le Québec et de son rôle de capitale d’un pays bilingue, il est possible d’y trouver des emplois bilingues (anglais-français). Ottawa est située au coeur d’une belle région qui ne demande qu’à être découverte !

Emploi : métiers liés à l’administration fédérale (comptabilité, secrétariat, traduction, rédaction, professorat), Hôtellerie et restauration, communication…

Logement : chambre en colocation à partir de 600 $ par mois dans les quartiers centraux, appartement avec une chambre à partir de 1 100 $ à Ottawa même.

Loisirs et sorties : de nombreux musées et de bons restaurants.

A ne pas manquer : patiner sur le canal Rideau en hiver, le festival des Tulipes en mai, la colline du Parlement…

Avantages : Ottawa est une ville plutôt paisible, familiale, qui accueille de nombreux immigrants du monde entier, et qui rest abordable.

Inconvénients : Ottawa n’est pas la ville «qui bouge» le plus même si elle s’est bien dynamisée ces dernières années.

À lire : Tout savoir sur le PVT à Ottawa.

QUÉBEC

Le Québec, « la belle Province », est la seule province canadienne dont la seule langue officielle est le français. C’est une province atypique, historiquement riche et toujours dynamique. C’est la province de prédilection des pvtistes francophones (qu’ils soient belges ou français) espérant trouver un « bout d’Europe en Amérique ». Attention cependant, le Québec a une identité propre et est bien différent de ce que vous pouvez connaître en Europe !

Au Québec, les expériences peuvent être extrêmement variées, entre la grande métropole montréalaise, la capitale provinciale deAu Québec, les expériences peuvent être extrêmement variées, entre la grande métropole montréalaise, la capitale provinciale de Québec ou les plus petites villes encadrées par une nature fabuleuse (Sherbrooke ou Saguenay, par exemple).

Les villes du Québec

LA VILLE DE QUÉBEC (Québec-Ville)

  • 540 000 d’habitants
  • – 12 °C en moyenne l’hiver
  • 25 °C en moyenne en été

Québec-Ville est la capitale provinciale du Québec, où siège le gouvernement. Elle est la seule ville fortifiée d’Amérique (au nord du Mexique), ce qui lui vaut parfois la réputation de ville européenne mais ne vous y trompez pas : Québec est bien une ville d’Amérique du Nord et elle en a le caractère.

Emploi : métiers du tourisme, du commerce et de l’administration publique.

Logement : chambre en colocation à partir de 450 $ par mois dans les quartiers centraux, appartement avec une chambre à partir de 700 $ dans le centre.

Loisirs et sorties : il s’y déroule de nombreux festivals tout au long de l’année (le Carnaval ou le Festival d’Été, par exemple). Québec est idéalement localisée pour proposer énormément d’activités de plein air mais la ville possède également de nombreux lieux propices aux sorties (théâtres d’impro, concerts, bars…).

A ne pas manquer : se balader dans le Vieux-Québec et le long du St-Laurent, voir la Chute Montmorency, l’Île d’Orléans…

Avantages : Québec est une grande ville mais reste plutôt paisible. Tournée vers la nature, elle est cependant riche historiquement.

Inconvénients : ville calme, sans doute trop calme pour certains … Le réseau de transports en commun est onéreux et déficient (la majorité des résidents possèdent une voiture).

À lire : Tout savoir sur le PVT à QuébecBilan après un mois à QuébecQuel quartier choisir à Québec ?

MONTRÉAL

  • 2 millions d’habitants
  • – 10 °C en moyenne l’hiver
  • 21 °C en moyenne l’été

Destination n°1 des pvtistes, Montréal est une ville cosmopolite, vibrante et vivante, où il est difficile de s’ennuyer. Ville verdoyante s’étalant sur une l’île du même nom, Montréal est dynamique économiquement et culturellement.

Emploi : métiers liés aux télécommunications, à l’informatique, à la communication, à l’hôtellerie-restauration, etc.

Logement : comptez à partir de 450 $ par mois pour une chambre en colocation et aux alentours de 800-900 $ pour un appartement avec une chambre, dans des quartiers plus périphériques mais accessibles facilement par le métro.

Avantages : ville encore abordable, Montréal offre tous les avantages d’une grande métropole nord-américaine, avec des habitants aux origines diverses. La ville est dynamique, avec des quartiers très variés, et est proche de belles régions à visiter.

Loisirs et sorties : énormément de concerts et de festivals, proximité avec les parc québécois mais aussi avec la frontière américaine.

À ne pas manquer : gravir le Mont-Royal, descendre la rue St-Laurent pour voir toutes les vagues d’immigration passées (avec les quartier grec, italien, juif, etc.), se balader dans le Vieux-Port, découvrir le Jardin Botanique, profiter des terrasses du Plateau et du Mile-end…

Inconvénients : énormément de pvtistes choisissent Montréal, notamment les Français. Cela engendre beaucoup de concurrence, aussi bien pour l’emploi que pour les logements.

À lire : Tout savoir sur le PVT à MontréalLes bons quartiers de Montréalle forum sur le Québec.

SHERBROOKE

  • 160 000 habitants
  • – 12 °C en moyenne l’hiver
  • 18 °C en moyenne l’été

Sherbrooke est une petite ville au cœur des magnifiques Cantons de l’Est. Cette région, un peu plus reculée des grands centres urbains (Sherbrooke reste tout de même à 1 h 40 de Montréal et à 2 h 25 de Québec Ville) vous offre un cadre de vie proche de la nature.

Emploi : métiers liés à l’enseignement, à l’administration (la ville est un pôle universitaire) et à la santé.

Logement : chambre en colocation entre 200 et 400 $ par mois, appartement avec deux chambres à partir de 600 $.

Loisirs et sorties : la ville est tournée vers la nature !

À ne pas manquer : la découverte des Cantons de l’Est, région touristique avec une Histoire passionnante, beaucoup de lieux d’agritourisme et de petits villages à l’esprit « Nouvelle-Angleterre ».

Avantages : destination hors des sentiers battus, peu de pvtistes pour vous concurrencer ! La ville reste relativement dynamique pendant la période universitaire. Les prix sont abordables. La proximité avec les États-Unis peut être un atout !

Inconvénients : peu de sorties, il faut aimer la tranquillité.

À lire : Nadia installée à SherbrookeSherbrooke : bilanLe PVT dans les plus petites villes du Québec.

SAGUENAY

  • 150 000 habitants
  • – 16 °C en moyenne l’hiver
  • 18 °C en moyenne l’été

Saguenay est une ville qui a englobé 3 autres villes, aujourd’hui ses arrondissements : Chicoutimi, La Baie et Jonquière. Saguenay est une ville touristique, à 200 km de Québec Ville et sur le chemin de l’Océan et de nombreux parcs nationaux.

Emploi : métiers liés au tourisme et à l’hôtellerie-restauration, à la vente et aux industries énergétiques (bois, aluminium).

Logement : chambre en colocation à environ 300 $ par mois, appartement avec deux chambres à partir de 500 $.

Loisirs et sorties : les sports de plein air ont la part belle !

À ne pas manquer : le Parc National du Fjord-du-Saguenay.

Avantages : hors des sentiers battus, peu de concurrence avec des pvtistes étrangers, et la promesse de véritable immersion culturelle dans une petite ville québécoise.

Inconvénients : relativement isolée (cela peut aussi être un avantage !)

 À lire : Découvrir le SaguenayAurélie installée à Chicoutimi.

ÎLE-DU-PRINCE-ÉDOUARD 

C’est la plus petite province canadienne ! L’Île-du-Prince-Édouard (IPE) n’héberge que 140 000 habitants. Ayant pour capitale Charlottetown, l’IPE tente d’attirer de nombreux immigrants francophones (en commençant par les pvtistes). Si vous cherchez une vie paisible, au cœur de la nature, l’IPE est une bonne option.

CHARLOTTETOWN

  • 35 000 habitants
  • – 8 °C en moyenne l’hiver
  • 18 °C en moyenne l’été

Fondée en 1885, Charlottetown est la plus grande ville de la province et possède les charmes d’une ville du bord de l’Océan.

Emploi : métiers liés au tourisme (hôtellerie, restauration et culture), à l’agriculture et à la pêche, à la construction et au commerce de détail.

Logement : une chambre en colocation coûte environ 300 $ par mois, une maison avec deux chambres, environ 700 $.

Loisirs et sorties : avis aux amoureux des sports de plein air.

À ne pas manquer : l’Île-du-Prince-Édouard regorge de magnifiques plages, de circuits panoramiques et bien sûr… de bons produits de la mer !

Avantages : une communauté francophone riche et dynamique (c’est un plus arrivant !), une destination hors des sentiers battus.

Inconvénients : excentrée par rapport aux grands aéroports canadiens, il faut compter le coût supplémentaire du trajet pour s’y rendre.

À lire : Et pourquoi pas l’Île-du-Prince-Édouard ?L’emploi à l’I-P-EL’I-P-E, belle destination petit budget, L’I-P-E, trouver un logement

NOUVELLE-ÉCOSSE

Un peu plus vaste que l’Île-du-Prince-Édouard, la Nouvelle-Écosse est plus densément peuplée. Les forêts de la province s’étirent jusqu’aux côtes atlantiques. La Nouvelle- Écosse peut être aussi bien urbaine que très rurale, que l’on choisisse de s’installer à Halifax ou dans un village typique de pêcheurs comme Yarmouth !

HALIFAX

  • 390 000 habitants
  • – 6 °C en moyenne l’hiver
  • 18 °C en moyenne l’été

Halifax est la ville la plus peuplée du Canada atlantique. C’est une ville tournée vers son port (de pêche, commercial et militaire) et vers l’industrie. Cependant, c’est une ville étudiante, chargée d’Histoire, et dynamique culturellement, où il est agréable de vivre. On peut se retrouver dans un petit village de pêcheurs en ne s’éloignant que de quelques kilomètres du centre-ville !

Emploi : métiers portuaires (import-export, manutention, industries, pêche), tourisme, éducation.

Logement : une chambre en colocation coûte environ 500 $ par mois, une maison avec une chambre, 1 200 $ minimum.

Loisirs et sorties : beaucoup de pubs « à visiter». Halifax est également le pôle culturel des Provinces Maritimes.

À ne pas manquer : la Baie de Fundy, l’observation des baleines, les parcs…)

Avantages : une grande ville étudiante et dynamique au coeur des provinces maritimes qui laissent la part belle à la nature. Le meilleur des deux mondes, en quelque sorte !

Inconvénients : du fait de sa popularité auprès des étudiants, il est parfois difficile d’y trouver un logement à prix abordable.

À lire : Halifax, une destination méconnueMarché de l’emploi à Halifax.

NOUVEAU-BRUNSWICK

Le Nouveau-Brunswick est la seule province canadienne officiellement bilingue ! De ce fait, l’accent est mis sur l’intégration des communautés francophones locales. La culture acadienne y est encore très vive. Province très rurale, le Nouveau-Brunswick s’étend entre l’océan Atlantique, le Québec et la frontière américaine.

Le Nouveau-Brunswick est également l’une des provinces qui cherche le plus activement à attirer de jeunes immigrants francophones.

Les villes du Nouveau-Brunswick

MONCTON

  • 70 000 habitants
  • – 9 °C en moyenne l’hiver
  • 21 °C en moyenne l’été

La région métropolitaine de Moncton est l’une des plus dynamiques du pays. Située dans une plaine, la ville s’est développée autour de ses cours d’eau. Moncton est un passage obligé pour se rendre sur l’Île-du-Prince-Édouard ou en Nouvelle-Écosse.

Emploi : commerce (de gros ou de détail) et transport.

Logement : comptez environ 350 $ par mois pour une chambre en colocation et à partir de 700 $ pour une maison avec deux chambres.

Loisirs et sorties : Main Street est l’endroit où il faut sortir !

À ne pas manquer : le Centennial Park et le Zoo municipal. Pour une incursion dans la culture acadienne, direction le pays de la Sagouine, près de Bouctouche.

Avantages : la ville de Moncton est la ville francophone la plus importante du Canada, hors Québec. Les communautés francophones sont très actives ! C’est la ville la plus dynamique de la province.

Inconvénients : Moncton n’est pas la ville canadienne la plus charmante qui soit.

À lire : Ma première semaine à MonctonUne discussion sur Moncton.

SAINT JOHN

  • 70 000 habitants
  • – 15 °C en moyenne l’hiver
  • 25 °C en moyenne l’été

Ville portuaire, située à l’embouchure du fleuve du même nom, Saint John est la 2e agglomération la plus importante du Nouveau-Brunswick. C’est également l’une des villes canadiennes les plus anciennes, puisque sa fondation remonte à 1631 !

Emploi : le commerce de gros et de détail est le secteur le plus dynamique à Saint-John.

Logement : une chambre en colocation coûte environ 400 $ mois, un appartement avec une chambre à partir de 800 $.

Loisirs et sorties : le Marché public unique en son genre, la parc naturel Irving (petit paradis des marcheurs !)

Avantages : un choix de ville vraiment unique, où très peu de pvtistes francophones ont mis les pieds !

Inconvénients : la ville en elle-même n’a pas beaucoup de charme dès que l’on sort du quartier central pourvu de briques rouges, mais la Baie de Fundy vaut le détour !

FREDERICTON

  • 56 000 habitants
  • – 11 °C en moyenne l’hiver
  • 20 °C en moyenne l’été

Capitale du Nouveau-Brunswick, Fredericton est une ville paisible où se concentrent les administrations provinciales. À Fredericton, la culture acadienne reste forte et il est possible d’y trouver des emplois bilingues ou en français.

Emploi : le commerce de gros ou de détail et l’administration.

Logement : une chambre en colocation coûte environ 400 $ par mois, un appartement avec une chambre à partir de 700 $.

Loisirs et sorties : la visite des nombreux bâtiments historiques.

Avantages : ville qui a du charme, avec ses bâtiments de brique !

Inconvénients : la vie y est chère pour une ville de cette taille. Il y a une pénurie de logement à louer.

TERRE-NEUVE-ET-LABRADOR
Pour un dépaysement le plus total, direction Terre-Neuve-et-Labrador, la province canadienne la plus orientale, composée de l’île de Terre-Neuve et de la région continentale du Labrador, qui partage sa frontière avec le Québec. Très peu peuplée, la province a pour capitale St. John’s, ville pourtant dynamique qui vaut le détour.

ST-JOHN’S

  • 100 000 habitants
  • – 9 °C en moyenne l’hiver
  • 11 °C en moyenne l’été

Attention, ne confondez pas St. John’s avec le Saint John du Nouveau-Brunswick ! St. John’s est une ville colorée, située au cœur de paysages sauvages sublimes bordés par l’océan Atlantique.

Emploi : industrie pétrolière, services et administration, ainsi que les secteurs du tourisme, en saison.

Logement : comptez environ 600 $ par mois pour une chambre en colocation et 1 000 $ pour un appartement avec une chambre.

Loisirs et sorties : il y a une grosse « culture pubs », à St John’s ! Il est facile de trouver des compagnons de sortie pour faire le tour des bars. La ville est plutôt festive.

À ne pas manquer : le Parc National du Gros Morne ainsi que de nombreux autres parcs provinciaux.

Avantages : St-John’s est une très belle ville, plutôt dynamique pendant la saison touristique. La nature alentour est un formidable terrain de jeu. Il y a énormément à voir.

Inconvénients : ville très isolée des autres  métropoles canadiennes (et donc, pas si facile d’accès), mais c’est aussi ce que l’on vient chercher à St-John’s.

YUKON

Le Yukon est le territoire qui fait marcher l’imaginaire des lecteurs de Jack London et les amateurs de l’Histoire de la ruée vers l’or… Forêts et aurores boréales, tout au nord du Canada, loin de tout. Le Yukon pendant son
PVT, pour quelques semaines ou plusieurs mois, pourquoi pas ?

Attention, si vivre dans le Grand Nord est une expérience extrêmement attirante, elle n’est pas non plus faite pour tout le monde…

Les villes du Yukon

DAWSON

  • 2 200 habitants
  • – 22 °C en moyenne l’hiver
  • 14 °C en moyenne l’été

Cette charmante ville isolée qui façonne notre imaginaire nous plonge à l’époque de la ruée vers l’or avec ses rues non pavées, ses trottoirs en bois et son atmosphère décontractée. Dawson est une toute petite ville qui vit surtout du tourisme. Elle est très isolée et n’est généralement visitée que par les pvtistes qui viennent faire une mission de volontariat (HelpX ou WWOOFing) ou par ceux qui souhaitent vraiment vivre une expérience canadienne du Grand Nord (être musher, menuisier, bûcheron…).

Emploi : le secteur du tourisme (l’hôtellerie, restauration) est le premier employeur. Il est également possible de travailler au casino, en saison estivale principalement.

Logement : le bouche-à-oreille est l’une des façons les plus efficaces pour trouver un logement. Certains employeurs offrent l’hébergement à un tarif forfaitaire à leurs employés.

Loisirs et sorties : la ville regorge d’attractions pouvant être visitées à pied, dont le musée de Jack London, le Centre culturel Dânoja Zhoet le Casino Diamond Tooth Gerties où il est possible de vivre une soirée au «saloon» comme l’ont fait les chercheurs d’or à l’époque. Dawson est également réputée pour sa vie nocturne, surtout en saison estivale.

À ne pas manquer : le Parc de Tombstone.
Avantages : à Dawson, l’isolement est total, surtout en hiver. C’est un endroit unique où vivre une expérience exceptionnelle. La proximité avec de nombreux parcs ainsi qu’avec l’Alaska. Dawson est réputée pour son chaleureux accueil. La majorité de la ville se parcourt à pied.

Inconvénients : tout comme à Whitehorse, le logement et les courses quotidiennes sont chères et il peut s’avérer difficile de trouver un endroit pour se loger. Pour découvrir les environs de Dawson, dont la route Top of the world et le parc territorial Tombstone, un véhicule est nécessaire.
En plein été, la ville peut faire l’effet d’un « Disneyland » tant il y a de touristes !

À lire : Dawson, une ville hors du commun.

WHITEHORSE

  • 29 960 habitants
  • – 14 °C en moyenne l’hiver
  • 13 °C en moyenne l’été

Whitehorse est la capitale et la ville la plus peuplée du Yukon. Sans grand charme architectural, parfois réputée pour être « malfamée », Whitehorse est pourtant spéciale. Isolée, attirante, magnétique : on adore ou on déteste ! Située au cœur d’une nature incomparable, on lui attribue le nom « Wilderness City ». À vous de vous faire votre avis…

Emploi : l’industrie touristique, les mines, le commerce de détail, le domaine de la santé et de la petite enfance, ainsi que le milieu de la construction représentent une part importante des emplois disponibles. Il est possible d’y trouver des petits boulots surtout pendant la saison estivale.

Logement : entre 600 $ et 900 $ par mois pour une chambre en colocation.

Loisirs et sorties : à part les pubs ouverts toute l’année, il n’y a pas vraiment d’attrait touristique à proprement parler en ville, c’est pour son ambiance spéciale qu’on y reste !

À ne pas manquer : les balades dans les montagnes environnantes ! Beaucoup de musées, Miles Canyons, le parc de la Beringa, les sources d’eaux chaudes et bien sûr la Yukon Quest.

Avantages : malgré sa faible densité de population, Whitehorse offre la diversité de services d’une capitale, tout en offrant une accessibilité à la nature. Sa communauté se veut chaleureuse et accueillante.

Inconvénients : le logement est cher et rare : il y a plus de demande que d’offre. Le transport en commun est offert, mais les trajets et la fréquence peuvent être limités hors des heures de pointe. Afin de découvrir les environs, un  véhicule est nécessaire.

À lire : Tout savoir sur le PVT au YukonDes Français à Whitehorse ?Charlotte, du Yukon au Québec.

TERRITOIRES DU NORD-OUEST
Paysages de taïga et de forêts boréales, routes
de glace et aurores : c’est un terrain de jeu infini
pour les amoureux des grands espaces. On ne se retrouve pas dans les Territoires du Nord-Ouest (TNO) par hasard : y aller se mérite ! Les pvtistes sont peu nombreux à faire la route jusqu’aux Territoires du Nord-Ouest, cependant Yohann a vécu plus d’un an à Tuktoyaktuk : cette expérience hors du commun est à lire absolument !

YELLOWKNIFE

  • 22 000 habitants
  • – 23 °C en moyenne l’hiver
  • 15 °C en moyenne l’été

Yellowknife est la capitale des Territoires du Nord-Ouest, et également sa municipalité la plus peuplée. La ville, située à 5 000 km de Toronto, offre un cadre de vie exceptionnel, loin de tout ce que l’on peut connaître…

Emploi : industrie minière et forestière et administration provinciale.

Logement : entre 700 $ et 1 000 $ pour une chambre en colocation. Il existe aussi des maisons-bateaux sur le Grand Lac des Esclaves, une expérience unique que de vivre sur une maison flottante !

Loisirs et sorties : ils sont tournés vers les grands espaces, aurore boréales, soleil de minuit l’été, le Snowking Festival tout le mois de mars (on fait la fête dans un château de neige !), le Long John Jamboree Festival, routes de glace, chiens de traîneaux, canoé, camping, pêche, pêche sur glace, feu de camp (le lac est un terrain de jeux l’hiver quand il est gel, mais aussi l’été !). Le mois de mars le LE mois où il ne faut pas quitter Yellowknife : les jours sont déjà plus longs et il fait moins froid, donc les activités sont plus abondantes.

À ne pas manquer : le parc national Wood Buffalo.

Avantages : on croirait qu’on est loin de tout, mais en y vivant, on se rend bien compte qu’au final, non ! Ceux qui veulent être vraiment loin de tout seraient déçus. Pour ça, il faut aller plus au nord, dans les petites communautés. Un bon équilibre vie-travail : on peut facilement aller travailler à pied et faire du camping à proximité (pas besoin de conduire des heures pour aller camper). On y trouve tous les services d’une grande ville tout en étant au contact de la nature et des grands espaces. C’est un dépaysement incroyable avec les populations autochtones. Il y a 11 langues officielles

Inconvénients : comme toujours dans les villes isolées, la  vie y est très chère et il est difficile de trouver un logement mais on peut souvent compter sur la solidarité et l’accueil de ceux déjà sur place. L’entraide est bien présente !

NUNAVUT

Nunavut est le plus récent des territoires canadiens puisqu’il a été séparé des TNO en 1999. Nunavut est un territoire en grande majorité inuit (environ 80 % de la population totale est inuit), avec 4 langues officielles : l’inuktitut, l’inuinnaqtun, l’anglais et le français. Nunavut signifie d’ailleurs « Notre Terre », en inuit…

MANITOBA

Province des Prairies, le Manitoba n’est pas qu’un lieu de passage pour les pvtistes traversant le pays d’ouest en est. Beaucoup s’y installent quelques mois, notamment à Winnipeg, ou profitent de Churchill pendant quelques semaines, ville renommée pour ses… ours blancs.

Les villes du Manitoba

CHURCHILL

  • 23 000 habitants
  • – 18 °C en moyenne l’hiver
  • 14 °C en moyenne l’été

Située au bord de la fameuse Baie d’Hudson, Churchill n’est pas l’une des plus grandes villes de la province. Cependant, elle doit sa renommée aux ours blancs et aux nombreuses activités touristiques que leur migration génère. Il est rare de rester plus de quelques semaines à Churchill, mais cela peut être un point de chute intéressant.

Emploi : principalement l’hôtellerie et la restauration. Il est surtout possible d’y faire du volontariat.

Logement :  il es difficile d’y trouver un logement, on se loge généralement chez l’habitant (en volontariat, par exemple).

Loisirs et sorties :  les ours blancs ?

Avantages : les ours blancs !

Inconvénients : les ours blancs…

À lire : Du bénévolat au Churchill NorthernUn été à Churchill.

WINNIPEG

  • 630 000 habitants
  • – 18 °C en moyenne l’hiver
  • 19 °C en moyenne l’été

Malgré son surnom peu engageant de « Murderpeg », Winnipeg est une ville de taille moyenne, familiale et chaleureuse (même si les hivers y sont glaciaux !).

Emploi : administration, enseignement, divers secteurs du tertiaire (dans le domaine de la vente, notamment).

Logement : à partir de 600 $ par mois pour une chambre en colocation, à partir de 900 $ pour un appartement avec une chambre.

Loisirs et sorties : Winnipeg offre énormément de festivals tout au long de l’année, ainsi qu’une grosse production culturelle (musique, théâtre, musées…).

À ne pas manquer :  les quartiers de ST Boniface et de The Forks, les musées et le parc de Fort Whyte pour voir des bisons !

Avantages : parler français est un réel avantages pour trouver un emploi. On peut trouver du travail assez rapidement !

Inconvénients : il est toujours difficile de trouver un logement à Winnipeg, il y fait froid, vraiment très froid l’hiver, du lait du vent !

À lire : Winnipeg et ses environsTout savoir sur le PVT à WinnipegCaroline installée à Winnipeg, Winnipeg, un petit coin à découvrir;

SASKATCHEWAN 

La Saskatchewan est une province canadienne méconnue des pvtistes, et à tort ! La nature y est omniprésente (et on peut l’observer à 360°, au cœur des Prairies !). Son surnom est « Land of Living Skies ». La province est incroyablement plate, les prairies s’étendent à perte de vue… Tout comme le ciel. Les villes de Regina et de Saskatoon sont cosmopolites, et les habitants de la province sont réputés pour être particulièrement accueillants.

Les villes de la Saskatchewan

SASKATOON

  • 222 000 habitants
  • – 15 °C en moyenne l’hiver
  • 18°C en moyenne l’été

Aujourd’hui la ville la plus peuplée de la province, Saskatoon reste une ville paisible mais en plein boom économique !

Emploi : au coeur des Prairies, le domaine agricole est extrêmement dynamique. Le domaine de la logistique et du transport l’est également, tout comme les plateformes téléphoniques et tous les domaines du tertiaire.

Logement : à partir de 700 $ par mois pour un appartement avec une  chambre, et entre 400 et 500 $ pour une chambre en colocation.

Loisirs et sorties : l’été en particulier, la ville offre de nombreux festivals de plein air.

À ne pas manquer : les nombreux espaces arborés, comme la Meewasin Valley.

Avantages : ville arborée, le centre est assez compact donc facile à explorer. Saskatoon est en pleine croissance économique et il est possible d’y trouver un boulot rapidement !

Inconvénients : si le réseau de bus est plutôt étendu au centre, l’achat d’une voiture devient vite indispensable  si l’on souhaite explorer les environs. L’hiver y est rude, comme partout dans les Prairies.

À lire : Recherche de témoignages sur la SaskatchewanSaskatoon ou Regina ?

REGINA

  • 193 000 habitants
  • – 14 °C en moyenne l’hiver
  • 19 °C en moyenne l’été

Capitale provinciale, Regina connaît elle aussi un boom et offre de nombreuses opportunités professionnelles.

Emploi : les domaines du tertiaire et la restauration.

Logement :  à partir de 400 $ mois pour une chambre en colocation.

Loisirs et sorties : Cathedral, Lakeview et Albert Park sont des quartiers agréables où vivre et sortir.

À ne pas manquer : se balader dans Wascana Park, le Globe Theatre, le Science Museum…

Avantages : une ville de taille modeste peuplée de locaux accueillants, c’est souvent une expérience canadienne hors du commun !

Inconvénients :  trouver un logement est devenu un peu plus compliqué ces dernières années. Le centre-ville est désert après la fermeture des bureaux, il est donc plus agréable de vivre en périphérie.

À lire : Winnipeg et ses environsTout savoir sur le PVT à WinnipegCaroline installée à Winnipeg, Winnipeg, un petit coin à découvrir.

Chapitre 7 sur 34

Évaluation de l'article

5/5 (6)

187 Commentaires

Tristan
1 1

Super intéressant !
Que des informations importantes !
Merci Grace à vous j’ai trouver des infos que je galérais à trouver !

Julie
5.1K 13.8K

Super, merci pour ton retour, ça fait plaisir ! 🙂

Leopoldine
0 5

Bonjour, j’aimerais savoir s’il existe au Canada des cartes préparées équivalentes à ce qu’on a en France. J’ai gardé mon smartphone avec mon numéro français mais j’ai apporté un vieux téléphone pour être joignable sur un numéro canadien et pouvoir appeler si besoin, de manière secondaire à mon forfait français. Merci d’avance pour votre retour 🙂

Juliette
0 7

Moi j’ai pris Lucky mobile, t’en trouve chez Dollarama 🙂

Leopoldine
0 5

Merci Juliette pour ton retour ! Mais du coup, tu as acheté une carte sim là ? Et comment tu fais pour la créditer ? Désolée je ne comprends pas grand chose à ça haha.

Juliette
0 7

Tu seras crédité tout les mois sur ta carte de crédit, quand tu achètera ta carte tu auras un numéro qu’il faudra que tu rentre sur le site internet, tu auras plusieurs choix de forfaits 🙂

Florent
2 6

Bonjour,
je pars dans 1 mois et demi au Canada avec mon PVT, et je me posais une question concernant mon statut fiscal français.
Dois-je signaler mon départ à l’étranger aux impôts et donc ne plus avoir mon domicile fiscal en france ?
Merci d’avance pour votre aide

Florent
2 6
Maxence
0 11

Bonjour je voudrais savoir par rapport à la banque si cl un de vous etait deja passé par my french banque by laposte pour le Canada et si oui est ce que c etait suffisant pour un PVT ou si il fallaitbouvrir absolument un compte dans une banque canadienne?

Marie
9.8K 32.3K

Salut Maxence,
Tu dois ouvrir un compte en banque canadien si tu souhaites travailler et être payé au Canada. Les employeurs canadiens voudront certainement effectuer un virement vers un compte canadien et non une application mobile ou un compte français.

Juliette
0 7

Bonjour,
Pour la recherche de logement vous parlez de trouver un agent immobilier à son compte, comment faire pour le trouver ? 🙂
Merci d’avance !

isa
5.8K 8.2K

Coucou,
Il vaut mieux se faire recommander quelqu’un par des connaissances ou des collègues sur place, sinon il y a des publicités un peu partout dans la presse, mais tu ne sais pas sur qui tu vas tomber !

Grégoire
1 3

Bonjour,

Après avoir signé mon bail, je dois souscrire à Hydro Québec pour avoir un contrat d’électricité.

Il faut savoir que de souscrire par téléphone coûte 25$ alors que la souscription en ligne est gratuite.

Petit hic : ils demandent le NAS qui, je le rappelle, ne doit être communiqué qu’au gouvernement, à la banque et à l’employeur (liste exhaustive).
Il est impossible de souscrire un contrat avec eux sans leur fournir le NAS et leur argument est qu’Hydro Québec est une entreprise nationale, et donc le gouvernement.

Qu’en pensez-vous? Est ce que je peux sans crainte leur communiquer mon NAS?

D’avance merci.

Marie
9.8K 32.3K
Krys
0 3

bonjour
vous pourrais me dire ou je dois envoyer tout les papier que l on a besoin pour faire une demande de pvt ? je suis de belgique

Julie
5.1K 13.8K

Bonjour Krys, tu peux consulter notre tutoriel : https://pvtistes.net/dossiers/tutoriel-eic-stage-jp-pvt-canada/ 🙂

Krys
0 3

j ai fait une demande en demandant la clegs et il mon dit que je n etait pas admissible sa veux dire que j ai pas droit au pvt ?

Marie
9.8K 32.3K

Salut Krys,
Est-ce que tu as suivi le tutoriel pas à pas (que Julie t’a donné en lien), en suivant les conseils concernant les réponses à fournir aux différentes questions ?
Car là, tu parles d’une demande de cléGC alors que la CléGC ne se demande pas. La CléGC, c’est uniquement la création d’un compte sur l’interface de l’immigration au moyen d’un nom d’utilisateur et d’un mot de passe.
Ensuite, tu réponds effectivement aux questions d’un questionnaire, mais si tu ne réponds pas correctement à certaines questions que tu as mal comprises (ex : la première question sur l’objet de ton séjour au Canada où tu NE DOIS PAS CHOISIR TRAVAILLER), alors tu n’arriveras pas à présenter une demande.
Prend le temps de lire le tutoriel. Si tu es Français, âgé de 18 à 35 ans, alors il n’y a pas de raison que tu ne sois pas éligible dans le questionnaire initial.

Krys
0 3

merci beaucoup et non je suis pas Français mais belge sais pour sa que j aimerais savoir si il la beaucoup de chose qui change ?

Julie
5.1K 13.8K

Non c’est la même démarche et tu verras que quand il y a des différences entre les deux nationalités, on l’a précisé dans le tutoriel 🙂

Grégoire
1 3

Un grand MERCI à l’équipe de pvtistes.net!

Vos guides sont des mines d’or d’informations utiles, fiables et pratiques!

Vous devriez être cité en référence dans les gouvernements d’immigration.

Rajoutez simplement une nuance dans la partie logement pour le guide Canadien, notamment concernant Montréal : j’ai très souvent une demande de lettre d’employeur ou de fiche de paie ainsi qu’une analyse de l’historique de crédit (moyennant 40$ remboursés si le bail est signé).

Cela pose problème quand on attend sa carte de crédit qui arrive en une huitaine de jours (donc 8 jours minmums de logement à nos frais) et que nous sommes en recherche active d’emploi.

Une solution m’a été proposé par un propriétaire : LocNest.com, une société qui se porte garant pour vous.

En avez vous déjà entendu parlé? Est ce que c’est fiable?

Bonne journée,

Grégoire

Mathieu
10.4K 20.8K

Merci Grégoire !
Je ne connaissais pas ce site mais d’après mes recherches, ça à l’air fiable puisqu’on en parle dans les médias etc.
Si tu passes par leur service, n’hésite pas à faire un petit témoignage sur le forum car ça peut aider des pvtistes 😉

Julie
5.1K 13.8K

Merci pour ton retour très sympathique Grégoire 🙂
Je ne connais pas du tout ce site. On va regarder ça de plus près.

Grégoire
1 3

Au final je n’ai pas utilisé les services de LocNest. Si quelqu’un les utilise, pourrait-il faire part de son expérience?

Trouver un logement avec un chien quand on n’a pas de carte de crédit (qui met beaucoup de temps a arriver une fois commandée) et sans contrat de travail reste très difficile mais pas impossible. Courage et persévérance sont les maîtres mots.

A bientôt! 🙂

Victoria
0 4

Bonjour, j’aimerais savoir si on a droit au medicare Canadien? Je suis en PVT depuis un mois et j’ai trouvé un super job qui me donne une assurance complementaire apres 3 mois chez eux. J’ai un peu du mal a comprendre le fonctionnement du système de santé en Ontario. Pour plus d’info, je suis belge donc je n’ai pas pu mettre ma residence permanente au canada car je suis en « pause » en Belgique.
Merci de votre aide!

Mathieu
10.4K 20.8K

Salut Victoria,
Si ton employeur te propose une assurance, normalement aucun souci pour que tu en bénéficies 🙂 Ça te permettra d’être couverte pour des choses que ne couvre pas ton assurance PVT (notamment les visites de routine chez le médecin et les soucis de santé que tu avais déjà avant de partir). Par contre, cette assurance ne te couvrira pas en cas de rapatriement pour une urgence ou un décès. C’est pour ça que c’est important (en plus d’être obligatoire) de conserver ton assurance PVT, un rapatriement pouvant coûter très cher.

Gianni
0 2

Salut à tous !
J’ai obtenu enfin la confirmation du Canada pour y aller. Tout est fait, tout est good.
Par contre mes plans pro ont changé, et du coup je ne pense plus y aller. Je voulais re faire une demande plus tard. Mais à ce que j’ai vue, il est impossible de re demander un pvt si le premier a été accordé, est ce vrai ?
Merci à vous

Marie
9.8K 32.3K

Salut Gianni,
Si tu ne valides pas ton PVT Canada dans les délais impartis (tu as normalement 12 mois), alors tu perdras le bénéfice de ton PVT Canada et tu ne pourras plus en demander un pour le Canada à l’avenir. Idem, tu ne pourras pas demander de permis Jeunes Professionnels.
Par ailleurs, tu ne pourras pas obtenir de remboursement de ta demande.

Julie
5.1K 13.8K

Salut Gianni, oui c’est bien ça, le PVT Canada ne s’obtient qu’une seule fois. Tu fais face à un dilemme mais effectivement, le fait que tu aies obtenu un permis dur à obtenir au vu de la concurrence et que tu ne pourras plus obtenir, vaut le coup que tu te penches sur la question pour être sûr de ton choix 🙂

Gianni
0 2

Merci !
Le choix est vite fait, go Canada ??

Articles recommandés