Après la réouverture partielle des frontières canadiennes, peut-on partir ?

Date de publication : 31-07-2020

Auteur

Marie

Publié initialement le 13 avril 2020. Dernière mise à jour le 31 juillet 2020.

Le 18 mars 2020, le Canada fermait ses frontières. Quelques jours plus tard, une première liste d'exemptions permettait à certains travailleurs temporaires et à certains étudiants étrangers d'entrer de nouveau au Canada.

Si les premiers messages laissaient entendre que toute personne munie d'une lettre d'introduction pour venir travailler ou étudier (lettre émise avant le 18 mars) et toute personne munie d'un permis de travail ou d'études pouvaient aller ou retourner au Canada, des mesures plus restrictives s'appliquent, et notamment pour les pvtistes. Nous faisons le point dans cet article.

La fermeture des frontières canadiennes, initialement prévue jusqu'au 30 juin a été prolongée au 31 août, au moins.

Les règles générales

Pour les travailleurs étrangers (titulaires d'un permis de travail)

Vous pouvez entrer au Canada si vous disposez d'un emploi, dans n'importe quel domaine.

Les autorités précisent la nécessité d'avoir un emploi dès la fin de la période de confinement à l'arrivée au Canada  :

"Remarque : Les demandeurs de permis de travail qui sont actuellement en dehors du Canada doivent confirmer que leur employeur n’est pas assujetti à l’obligation de fermer ses portes imposée aux entreprises non essentielles et qu’ils pourront commencer à travailler après la période d’isolement de 14 jours, avant de faire des préparatifs de voyage. Les travailleurs ne doivent pas venir au Canada si leur employeur ne leur offre plus d’emploi".
Source

Il vaut donc mieux avoir avec vous des preuves permettant d'établir :

  • Que vous avez une offre d'emploi validée d'un employeur canadien.
  • Que l'entreprise peut toujours vous proposer un emploi.

Contactez votre employeur et demandez-lui un document récent avec l'entête de l'entreprise confirmant que vous disposez d'une offre d'emploi pour exercer un emploi sur place, que l'entreprise continue d'exercer son activité et que vous pourrez commencer à travailler dès la fin de votre mise en quarantaine obligatoire.

Pour les étudiants étrangers

"Si vous êtes un étudiant étranger qui possède un permis d’études valide ou dont la demande de permis d’études a été approuvée le 18 mars 2020 ou avant cette date, vous êtes exempté des restrictions de voyage."
Source.

Cela signifie que :

  • Si vous avez obtenu un permis d'études le 18 mars 2020 ou avant → Vous avez le droit de partir au Canada.
  • Si vous avez obtenu un permis d'études après le 18 mars 2020 → Vous n'avez pour le moment pas le droit de partir au Canada.
  • Si votre programme d'études était inférieur à 6 mois et que vous n'aviez pas de permis d'études → Vous n'avez pour le moment pas le droit de partir au Canada.

Pour les résidents permanents ayant obtenu une approbation de leur demande de RP

IRCC déclare : "Si nous avons approuvé votre demande le 18 mars 2020 ou avant cette date, mais que vous ne vous êtes pas encore rendu au Canada, vous êtes exempté des mesures de restriction de voyage."
Source.

Cela signifie que :

  • Si vous avez reçu une approbation pour votre demande de résidence permanente hors du Canada le 18 mars 2020 ou avant → Vous avez le droit de partir au Canada.
  • Si vous avez reçu une approbation pour votre demande de résidence permanente hors du Canada après le 18 mars 2020 → Vous ne pouvez pas encore partir au Canada pour le moment.

Règles à respecter pour ceux qui sont autorisés à entrer au Canada

Des mesures sont mises en place pour limiter au maximum la diffusion du virus au Canada :

Avant le départ

Vous devez vous soumettre à une vérification de votre état de santé. Cette vérification de l'état de santé est réalisée par les compagnies aériennes (questionnaire médical, recherches de signes visibles, prise de température). Elles peuvent refuser un passager si elles estiment qu'il présente un risque de contamination.  Les personnes présentant des symptômes du Covid-19 seront interdites de vol. Si vous avez des symptômes : ne sortez pas de chez vous, n'essayez même pas d'aller à l'aéroport.

Depuis le 20 avril, vous avez l'obligation d'avoir une masque pendant le temps du vol même si vous n'avez pas de symptôme. L'embarquement pourrait vous être refusé si vous n'en avez pas.
Pour en savoir plus, nous vous recommandons la lecture de la question 12 de la FAQ de l'ambassade du Canada en France : Question 12 - Si je rentre au Canada, quelles mesures dois-je prendre avant le départ?

Une fois sur place

Une période de confinement TRÈS strict de 14 jours est obligatoire à votre arrivée au Canada.Vous devez porter un masque sur le trajet vers votre lieu de confinement. Rendez-vous directement dans votre lieu de confinement et n'en sortez plus pendant 14 jours. Vous n'aurez ainsi pas le droit de sortir pour aller faire des courses, par exemple.

Cette impossibilité de sortir pendant les 14 premiers jours de votre séjour nécessitent donc que vous ayez dès votre arrivée un véritable plan d'isolement et vous devez avoir réglé quelques questions :

  • Avez-vous un logement fixe pour les 14 premiers jours sur place ?
  • Votre plan de confinement vous permet-il d'éviter tout contact avec le monde extérieur pendant cette période ?
  • Comment vous fournirez-vous en produit d'épiceries (système de livraison du supermarché ? un propriétaire, un ami qui viendra vous déposer vos courses sur le palier de votre logement ?) ?

L'ensemble des consignes pour respecter un isolement strict se trouvent sur cette page avec une liste des fournitures dont vous avez besoin.

Les agents à l'arrivée au Canada peuvent vous demander des informations sur votre plan de confinement. Des contrôles ponctuels pour vérifier que vous respectez votre confinement peuvent aussi avoir lieu. Source.

Le non respect des règles de confinement pourrait entraîner des sanction très lourdes : des centaines de milliers de dollars d'amende, de la prison ferme et une interdiction de territoire.

L'entrée des participants à EIC au Canada

Les pvtistes

Dès la levée des restrictions fin mars, des pvtistes ont essayé de partir pour valider leur PVT au Canada.

Le 8 mai 2020, les autorités canadiennes ont clairement énoncé une règle appliquée depuis quelques semaines : les participants à EIC ne peuvent entrer au Canada que s'ils disposent d'une offre d'emploi :

Concrètement, les seuls pvtistes qui sont autorisés à entrer au Canada sont ceux qui répondent aux conditions "classiques" d'entrée ET qui :

  • Disposent d'une offre d'emploi confirmée d'un employeur au Canada pour commencer à travailler après la période d'isolement.
  • ET qui disposent d'un plan d'isolement pour les 14 premiers jours.
  • L'agent peut vous demander une preuve que votre assurance couvre vos frais médicaux en cas d'infection à la Covid-19.

Pendant plusieurs semaines au cours du mois d'avril, des candidats qui disposaient d'offre d'emploi pour des secteurs d'activité non essentiels se faisaient refuser l'embarquement ou l'entrée au Canada. Les règles sont désormais moins strictes depuis le début du mois de juin. L'ambassade du Canada en France, qui mentionnait la nécessité d'occuper des emplois dans des fonctions et services essentiels a supprimé ces mentions le 9 juin 2020.

Pour en savoir plus sur les profils qui arrivent à entrer au Canada, consultez notre recensement des personnes entrant au Canada, sur le forum.

Si vous n'avez pas d'offre d'emploi (parce que vous comptez en trouver un sur place) et/ou pas de véritable plan pour vous isoler pendant 14 jours, vous vous ferez certainement refuser l'embarquement et l'entrée au Canada.

En revanche, si vous avez une proposition écrite d'un employeur au Canada qui souhaite que vous commenciez à travailler pour lui, alors vous pouvez envisager de partir au Canada.

Pour ces raisons, vous ne pouvez actuellement pas partir au Canada pour le moment si vous n'avez pas d'offre d'emploi avec votre lettre d'introduction pour un PVT.

Si vous souhaitez quelques conseils pour trouver du travail au Canada, vous pouvez consulter notre article : Covid-19 : trouver un emploi au Canada à distance.

Et si j'ai déjà validé mon PVT mais que j'étais à l'extérieur du Canada au moment de la fermeture des frontières ? 

Début juin 2020, le site des autorités canadiennes a été mis à jour pour indiquer que les pvtistes ayant déjà validé leur PVT pouvaient revenir au Canada, qu'ils aient ou non un emploi qui les attend sur place, mais uniquement s'ils démontrent qu'ils sont établis au Canada, qu'ils disposent d'un logement et d'un plan de confinement pour les 14 jours qui suivent leur arrivée au Canada.

"Vous n’avez pas à prouver que vous avez une offre d’emploi valide pour revenir au Canada si vous êtes temporairement à l’extérieur du pays et que vous avez déjà fait ce qui suit :

  • vous vous êtes établi au Canada;
  • vous avez activé votre lettre d’introduction pour le point d’entrée;
  • vous avez un permis de travail.

Lorsque vous revenez au pays, vous devez vous placer en quarantaine pendant 14 jours."

Que signifie "Être établi au Canada" ?
Sur ce point, les autorités précisent sur ce lien que "Ce qui est déterminant, c’est que le domicile principal du ressortissant étranger se trouve au Canada (ce qui laisse entendre que son voyage n’est pas facultatif)".

Concrètement, des pvtistes qui auraient simplement fait un aller-retour pour valider leur PVT quelques mois ou quelques semaines avant la fermeture des frontières mais qui n'auraient pas de logement et n'auraient pas entamé d'autres démarches (demande de NAS, ouverture de compte en banque, abonnement téléphonique ou autre) pourrait se faire refuser l'embarquement à bord d'un avion vers le Canada ou même l'entrée au Canada.

Les stagiaires et les Jeunes Professionnels

Pour les stagiaires et les JP, les même "règles" s'appliquent, il vous faut un employeur, un plan de confinement et une assurance pour vous couvrir pour vos soins médicaux (maladie, hospitalisation et rapatriement).

Depuis le début de la crise, un certain nombre d'entreprises ont été mises à l'arrêt. D'autres entreprises ont réduit considérablement leurs effectifs.

Avant de partir au Canada, si vous avez trouvé votre plan de confinement pour les 14 jours qui suivent votre arrivée, vous devez contacter votre employeur ou responsable de stage pour vous assurer que vous êtes toujours attendu sur place et que vous pourrez débuter votre emploi ou stage après votre période d'isolement. Vous devez demander à votre employeur une confirmation écrite de votre offre d'emploi comprenant les coordonnées de votre employeur à l'arrivée au Canada. L'employeur doit préciser sur l'offre d'emploi que cette offre tient toujours et que l'entreprise continue d'exercer son activité.

Si un employeur vous attend mais que vous n'avez aucun plan de confinement, il vaut mieux reporter votre départ tant que vous n'en avez pas trouvé un. Si vous n'avez plus d'employeur (il ne peut plus vous embaucher), les autorités pourraient juger que votre venue est optionnelle et vous refuser l'entrée au Canada :

Exemples de voyages à des fins non essentielles ou discrétionnaires pour un travailleur temporaire :
Un ressortissant étranger a une lettre d’introduction pour un permis de travail lié à un employeur donné, mais l’entreprise de son employeur éventuel est fermée en raison de l’éclosion de la COVID-19.
Source

Les membres de sa famille immédiate (conjoints, enfants) des participants à EIC

Les règles normalement en vigueur qui autorisent le départ au Canada en famille pour les titulaires de permis de travail temporaire sont actuellement suspendues.

Actuellement, le Canada ne souhaite pas que le titulaire d'un permis de travail parte en amenant les membres de sa famille (conjoint(e), enfants) avec lui/elle. La personne titulaire du permis de travail est invitée à partir au Canada dans un premier temps, avant de pouvoir envisager de demander l'autorisation pour que les membres de sa famille le/la rejoignent. Dans ce cas, il faut demander une autorisation spécifiques pour motif de réunification familiale. Une fois installé, il sera toutefois envisageable pour les membres de la famille immédiate (conjoints / enfants) de demander une autorisation spéciale de rejoindre un membre de votre famille en faisant une demande spécifique pour motif de réunification familiale auprès d’Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada, le ministère de l’immigration canadien. Vous devrez alors obtenir une autorisation écrite de leur part.
Pour en savoir plus.

Donc on récapitule :

  • Partir tous ensemble, en famille en même temps : ça n'est pas apparemment pas possible pour le moment.
  • Les membres de la famille immédiate pourront rejoindre le/la titulaire d'un permis de travail temporaire dans un second temps : c'est envisageable, mais soumis à une autorisation écrite.

Au bout de combien de temps est-il possible de faire cette demande ? Nous l’ignorons, ça n’est pas précisé. Les autorités canadiennes doivent considérer que le travailleur temporaire "vit" au Canada.

Le/la titulaire du permis ne peut pas envisager de partir sans sa famille ? Si vous êtes dans l'impossibilité de partir seul et que votre conjoint(e) et enfant(s) doivent partir avec vous au Canada, vous pouvez essayer d'envoyer un message aux autorités canadiennes en essayant d'expliquer la situation au mieux et expliquer pourquoi il est nécessaire de partir tout ensemble . Même si cette situation n'est pas permise, il semble que les autorités canadiennes étudient les situations au cas par cas. Vous pouvez donc toujours tenter votre chance en envoyant un message aux autorités pour demander une autorisation écrite. Nous avons ainsi vu des familles et des couples obtenir l'autorisation de partir ensemble.
Pour en savoir plus.

Partir au  Canada actuellement, une bonne idée ?

Pour ceux qui ont la possibilité de partir au Canada, est-ce vraiment une bonne idée de monter dans le premier avion ?

Le risque sanitaire

Prendre l'avion vers le Canada, c'est se retrouver confiné plusieurs heures avec d'autres passagers qui sont potentiellement porteurs du virus. Et on ne parle pas du trajet pour se rendre à l'aéroport de votre point de départ ou encore celui pour arriver à son point de chute, une fois au Canada. Il y a un risque de contamination. Par ailleurs, si vous êtes vous-même porteur du virus (sans en ressentir les symptômes), vous prenez le risque d'être responsable de la contamination d'autres personnes.

Les difficultés de transport

Le nombre de vols entre la France et le Canada a été réduit. Les vols à destination du Canada ne partent plus que de Paris et ont pour destination uniquement Montréal pour le moment. Depuis la Belgique, des vols vers Montréal ont également repris. Par ailleurs, les vols internationaux n'arrivent que dans 4 grands aéroports : Toronto, Vancouver, Montréal et Calgary. Vous pouvez obtenir des informations sur les compagnies qui opèrent des vols entre la France et le Canada sur ce lien de l'ambassade du Canada en France (question 11).

Organiser son confinement

"Confinement strict", cela signifie ne pas sortir DU TOUT, ne pas prendre les transports publics ou encore ne pas prendre de taxi. Vos courses doivent pouvoir être déposées à votre porte. Si vous devez malgré tout avoir une interaction avec d'autres personnes, elles doivent être très brèves, vous devez être espacés d'au moins 2 mètres et porter un masque. Pour vous approvisionner, vous pourriez voir la disponibilité des services de livraison de courses à domicile, particulièrement sollicités (le mieux est d'organiser la réservation d'un créneau plusieurs jours à l'avance) ou trouver d'autres alternatives. Enfin, il faut vous trouver un logement pour au moins 2 semaines, voire éventuellement le premier mois. Nous ne vous recommandons pas de vous engager sur la signature d'un contrat pour un an si vous n'avez pas moyen de voir le logement au préalable (ou de le faire visiter par des proches).

Soyez réaliste et regardez si les mesures de confinement sont réalisables ou non.  Si vous avez des amis ou des proches sur place, qui pourront s'occuper de faire vos courses (entre autres), le confinement peut être envisagé. En revanche, si vous n'avez pas de contact, les choses pourraient être un peu plus compliquées.

Arriver d'une région à risque, un stigmate

Vous pourriez subir une forme (assez forte) de rejet à votre arrivée au Canada, et être traité en quelque sorte comme un pestiféré / un paria.

Notez que votre premier logement devra être réservé pour au moins 14 jours. Ne cachez en aucun cas à votre propriétaire que vous arrivez d'Europe. Il vaut mieux qu'il vous refuse net l'accès à son logement plutôt que risquer d'être expulsé dès l'arrivée ou en cours de séjour parce que vous auriez "caché" ce détail.

Les démarches administratives limitées

Vos démarches à l'arrivée vont être évidemment chamboulées, des bureaux de Service Canada acceptent de nouveau des demandes de NAS (numéro d'assurance sociale) en personne, mais cela ne se fait pas dans tous les bureaux. Surtout, si vous souhaitez faire une demande en personne (la solution la plus simple), vous ne pourrez pas en faire la demande avant la fin de votre confinement obligatoire de 14 jours. Cette démarche peut être faite par courrier ou en ligne. L'ouverture d'un compte en banque pourrait également être rendu plus compliquée. Vous ne pourrez sans doute pas entamer ces démarches avant la fin de la période de confinement.

Un grand saut dans l'inconnu

Partir maintenant, c'est faire un saut encore plus grand dans l'inconnu que lors d'un départ "classique". Vous aurez une période d'isolement de 14 jours dans un pays que vous ne connaissez que trop peu, loin de vos repères quotidiens. Vous pourriez vous sentir exclu et vous n'aurez pas vraiment une vision claire sur l'avenir.

Si votre lettre d'introduction expire prochainement et que vous ne pouvez pas partir pour le moment au Canada à cause de la crise de Covid-19

Différentes raisons peuvent vous empêcher d'aller valider votre PVT Canada. Exceptionnellement, les autorités canadiennes permettent aux participants d'EIC de demander une extension de validité de leur lettre d'introduction. L'extension des lettres d'introduction ne se fait pas de manière automatique. Vous pouvez présenter une telle demande si votre lettre expire dans moins de 30 jours. Si votre lettre expire dans 45 ou 80 jours par exemple, inutile pour le moment d'envoyer une telle demande.

Pour demander l'extension de validité de votre lettre, il vous suffit d'envoyer UN message sur le formulaire Web pour contacter les équipes d'Expérience Internationale.

Les premiers retours de réponses positives à de telles demandes ont été reçues à partir du 20 avril 2020 : l'extension donnée aux lettres d'introduction était de 90 jours. Au moment de valider leur PVT, les candidats devront donc fournir leur lettre d'introduction et la lettre de confirmation de l'extension de leur lettre d'introduction lorsqu'ils entreront au Canada. Ces derniers jours (depuis la mi-juillet), certaines personnes ont même obtenu des extensions de leur lettre d'introduction de 6 mois.

Dans ces circonstances, nous recommandons à tous ceux qui ont leur LI qui expire dans les 30 prochains jours et qui n'ont pas encore envoyé de message à EIC de les contacter en utilisant le formulaire web (type de demande : Expérience Internationale Canada).

type-de-demande-eic

Dans votre message, d'après les indications reçues par des consultants en immigration en contact avec les autorités canadiennes, il faut que vous indiquiez les éléments suivants:

  • Vous devez expliquer pourquoi vous ne pouvez pas / n'avez pas pu partir dans les 12 mois suivant l'obtention de votre lettre d'introduction. Pour la période actuelle, vous pouvez expliquer que vous ne pouvez pas entrer au Canada pour le moment, mais vous pourriez aussi expliquer pourquoi vous n'avez pas pu partir avant (engagement professionnel, besoin de faire des économies avant le départ, engagement personnel...).
  • Vous devez indiquer que vous souhaitez obtenir une extension de la date de validité de votre lettre d'introduction pour obtenir un délai supplémentaire pour entrer au Canada.

Ensuite, attendez simplement en vérifiant régulièrement votre compte et vos mails. Il n'est pas utile d'envoyer plusieurs messages via le formulaire Web. Au contraire, cela augmente les volumes de messages et si vous faites tous ça, les autorités canadiennes mettront encore plus de temps à pouvoir vous répondre.

Si votre extension de lettre d'introduction arrive à son tour à expiration, les autorités canadiennes vous invitent à suivre la même procédure, pour obtenir une nouvelle extension de 90 jours.

Si vous n'avez pas reçu de réponse de la part des autorités canadiennes suite à votre première demande d'extension, nous vous invitons tout de même à faire cette nouvelle demande 90 jours après votre première demande d'extension.

Votre Lettre d'Introduction (LI) a expiré pendant la fermeture des frontière et vous n'avez pas eu de nouvelle des autorités canadiennes ?

Si vous avez déjà contacté les autorités canadiennes via le formulaire web et que vous n'avez toujours pas obtenu de réponse de leur part, nous vous recommandons d'attendre leur réponse.

Des candidats qui avaient déjà dépassé la date limite d'entrée au Canada mais qui avaient envoyé un message sur le formulaire Web avant l'expiration de leur lettre d'introduction ont eux aussi reçu un message confirmant la prolongation de la validité de leur lettre d'introduction pour 90 jours.

Crise du Covid-19 et PVT : une situation totalement exceptionnelle

Le monde entier fait actuellement face à une situation inédite d'une exceptionnelle gravité. Les gouvernements du monde entier sont contraints de réagir dans l'urgence et essayent de s'adapter à l'évolution de la situation.

Dans certains cas, certaines injonctions sont totalement contradictoires et l'on se sent encore plus perdu. C'est frustrant, c'est énervant, mais pour l'instant, c'est comme ça et on ne peut rien y faire. Ça n'est pas parce qu'il n'y a pas de réponse, ou qu'il n'y a pas de réponses qui nous conviennent, qu'il faut aller en inventer une.

Oui, certaines questions ne trouvent pas de réponses. Nous pensons que c'est tout simplement parce que ces réponses n'existent pas encore, que les décisions sur telle ou telle problématique n'ont pas encore été prises.

La crise a des répercussions sur tous les aspects du fonctionnement des États et de la société. Aucun État n'avait de plan prévu sur "que faire face à une pandémie mondiale touchant la totalité de l'humanité ?". Les décisions doivent être prises puis mises en place, et chaque thématique est traitée en fonction de son niveau d'urgence.

Et dans cette histoire, les pvtistes qui n'ont pas encore validé leur PVT à la frontière et n'ont pas d'offre d'emploi sont tout en bas de l'échelle des priorités. C'est là aussi frustrant, surtout quand vous aviez déjà tout préparé pour votre départ. Mais malheureusement, c'est comme ça pour l'instant. Il faut faire avec.

Courage à tous !

Des discussions sur le forum pour vous aider :

Évaluation de l'article

5/5 (11)

151 Commentaires

Aurore
2 3
Message de larousse
Bonjour,

Tant que ton permis de travail est valide, tu peux revenir même sans offre d'emploi. Les détenteurs de permis de travail valides déjà installés au Canada sont exemptés des restrictions de voyage.
Merci beaucoup pour ta réactivité !
larousse
2.4K 4.9K
Message de AuroreD9
Bonjour,

Ma situation étant un peu particulière, j'aurais besoin de vos lumières svp.

Je suis de nationalité française, actuellement en PVT au Canada (activé depuis le juillet 2019 et valable donc jusque juin 2021) et je suis travailleur autonome, travaillant à distance pour mon employeur français qui est le même depuis 5 ans et qui a accepté que je vienne m'installer au Canada tout en gardant le même travail pour lui. Je n'ai donc pas d'offre d'emploi validée par un employeur canadien. Je suis aussi en conjoint de fait avec une personne qui a la Résidence Permanente.

J'aurais souhaité rentrer en France quelques jours en septembre pour le mariage de mon père. Je sais que ce motif n'est pas considéré comme un motif essentiel et si vraiment mon retour au Canada n'est pas garanti, je n'irai pas.

- Dans le sens France vers le Canada : est-ce que mon PVT validé suffit à me donner l'autorisation de revenir, même si je n'ai pas d'offre d'emploi venant d'un employeur canadien, ou bien est-ce possible que l'on me refuse l'entrée ? Si on me refuse l'entrée pour ce motif, peut-on considérer comme motif essentiel le regroupement familial puisque mon conjoint de fait possède la RP canadienne ?

Un immense merci pour vos réponses !
Bonjour,

Tant que ton permis de travail est valide, tu peux revenir même sans offre d'emploi. Les détenteurs de permis de travail valides déjà installés au Canada sont exemptés des restrictions de voyage.
Aurore
2 3
Bonjour,

Ma situation étant un peu particulière, j'aurais besoin de vos lumières svp.

Je suis de nationalité française, actuellement en PVT au Canada (activé depuis le juillet 2019 et valable donc jusque juin 2021) et je suis travailleur autonome, travaillant à distance pour mon employeur français qui est le même depuis 5 ans et qui a accepté que je vienne m'installer au Canada tout en gardant le même travail pour lui. Je n'ai donc pas d'offre d'emploi validée par un employeur canadien. Je suis aussi en conjoint de fait avec une personne qui a la Résidence Permanente.

J'aurais souhaité rentrer en France quelques jours en septembre pour le mariage de mon père. Je sais que ce motif n'est pas considéré comme un motif essentiel et si vraiment mon retour au Canada n'est pas garanti, je n'irai pas.

Mes questions sont les suivantes :
- Dans le sens Canada vers la France : suis-je bien sûre de pouvoir quitter le Canada pour la France à condition de remplir l'attestation de déplacement avec motif "ressortissant de nationalité française" + l'attestation sur l'honneur d'absence de symptômes covid ? Ou bien peut-on me refuser mon départ car le motif n'est pas essentiel ?
- Dans le sens France vers le Canada : est-ce que mon PVT validé suffit à me donner l'autorisation de revenir, même si je n'ai pas d'offre d'emploi venant d'un employeur canadien, ou bien est-ce possible que l'on me refuse l'entrée ? Si on me refuse l'entrée pour ce motif, peut-on considérer comme motif essentiel le regroupement familial puisque mon conjoint de fait possède la RP canadienne ?

Un immense merci pour vos réponses !

Bon courage à tous en cette période délicate.

Aurore
larousse
2.4K 4.9K
Message de benji55
Bonjour,
j'aimerais savoir si d'autres personnes sont dans le même cas que moi concernant la lettre d'extension.
ma lettre d'introduction était valable jusqu'au 2 juillet, j'ai envoyé une demande en juin mais je n'ai jusqu'a ce jour reçu aucun message, est ce que d'autres personnes sont dans la même situation ??
car cela m'inquiéte beaucoup !
merci
Oui, IRCC est occupé, il faut simplement attendre et être patient.
benjamin
0 2
Bonjour,
j'aimerais savoir si d'autres personnes sont dans le même cas que moi concernant la lettre d'extension.
ma lettre d'introduction était valable jusqu'au 2 juillet, j'ai envoyé une demande en juin mais je n'ai jusqu'a ce jour reçu aucun message, est ce que d'autres personnes sont dans la même situation ??
car cela m'inquiéte beaucoup !
merci
Floriane
6 9
Bonjour à tous,

Pour info, il est tout à fait possible pour une famille immédiate de partir tous en même temps (cf. https://www.canada.ca/fr/immigration-refugies-citoyennete/organisation/publications-guides/bulletins-guides-operationnels/prestation-services/coronavirus/restrictions-voyages.html#membres-famille-immediate

Je cite, "Il est possible de délivrer une autorisation écrite afin de favoriser l’unité des familles dès le début du processus et de permettre aux membres d’une famille entière de voyager ensemble et d’élire domicile au Canada. Il n’est pas nécessaire que le chef de famille (p. ex. un travailleur ou un étudiant) vienne au Canada en premier et que le reste des membres de la famille voyagent à une date ultérieure munis de lettres d’autorisation afin de se retrouver au Canada."

En tout cas, merci PVTistes pour toutes ces infos et articles, c'est très apprécié!
larousse
2.4K 4.9K
Message de FranceK
Bonjour j'avais déjà mon admission dans une université canadienne en février pour la session de septembre,ca sera possible pour moi de voyager après confinement
Bonjour,

Tu as quoi comme document ? Une lettre d'introduction ou un permis d'études ?

Si ta lettre d'introduction a été émise avant le 18 mars, tu n'es pas concernée par les restrictions de voyage:

https://www.canada.ca/fr/immigration...s.html#voyager
France
0 1
Bonjour j'avais déjà mon admission dans une université canadienne en février pour la session de septembre,ca sera possible pour moi de voyager après confinement
larousse
2.4K 4.9K
Message de CLEMSIMI
on se dit que les programmes comme wwoofing ou helpX seront peut-être plus ouverts à accueillir des étrangers, problème : est-ce que ça passe au poste d'immigration ? Car c'est un emploi sans paie mais qui donne droit au couvert et au logis...
Bonjour,

Non, le bénévolat ne passerait pas, il faut montrer une offre d'emploi pour être autorisé à venir:
À compter du 8 mai 2020 et jusqu’à nouvel ordre, seuls les candidats à Expérience internationale Canada (EIC) qui ont reçu une lettre d’introduction et qui ont une offre d’emploi d’un employeur qui est toujours en activité pendant l’éclosion de la COVID-19 (parce que ils sont autorisés à le faire selon les restrictions provinciales) devraient être autorisés à entrer au Canada par un agent des services frontaliers.
Source: Permis de travail : Exécution des programmes sur la COVID-19 - Canada.ca
CLEMSIMI
3 8
Bonjour,
Savez vous ce qu'il en est de ceux qui partent avec un wwoofing, helpX, workaway ? Avec mon partenaire nous épluchons et appliquons aux offres de fermes sans jamais avoir de réponses, on se dit que les programmes comme wwoofing ou helpX seront peut-être plus ouverts à accueillir des étrangers, problème : est-ce que ça passe au poste d'immigration ? Car c'est un emploi sans paie mais qui donne droit au couvert et au logis... J'ai demandé à IEC mais sans réponse de leur part :/

Merci d'avance

Articles recommandés